Actualité des auteurs en résidence Île-de-France sur remue.net | 4


Chers amis,
Voici la quatrième lettre concernant les activités et créations des auteurs en résidence Île-de-France, que nous relayons sur remue.net.

Voir aussi l’agenda des événements à venir à la même adresse.

Pour remue.net, Guénaël Boutouillet & Patrick Chatelier

pour s’abonner à la lettre d’information des résidences Île-de-France sur remue.net,
envoyer un courriel vide à cette adresse


Emmanuel Rabu à Librest (Paris XX), pour son projet de résidence intitulé etc., invite chaque mois des artistes de disciplines différentes dans une des librairies du réseau Librest. Il s’y livre également à un travail d’inventaire et de listes, qui débouche notamment sur cette rubrique, 300 : 300 thèmes pour une bibliothèque (idéale et personnelle), 300 fiches programmées sur remue.net dont plusieurs, déjà, sont en ligne, consacrées à Mallarmé, Céline, Picabia ou Tillieux, auteur de bandes dessinées belge.


Nicolas Ancion à Gare au Théâtre (Vitry-sur-Seine) présente un premier texte théâtral écrit dans le cadre du Bocal agité : Mort au théâtre.

Xavier Bazot, au musée national de la Résistance, enrichit sa collecte de témoignages audio sur les Tsiganes internés durant la seconde guerre mondiale avec le récit de René Debarre, dit Bébé.

« Les livres ne s’écrivent pas tout seuls. Des scènes, vues, dans le monde, dans les images du monde aussi, scènes de fleuve, de danse, de chant, etc., ont fait naître des suites de mots, alors devenues comme les archives des choses et des situations frappantes où se réveillent nos petites perceptions. » Philippe Beck à l’EMA de Vitry-sur-Seine, terminera sa résidence par une soirée intitulée « Les arts avant le poème », mardi 15 novembre.

Mathieu Bénézet à l’association Ent’revues (Paris I) entame un Roman des revues, promenade savante dans l’actualité et l’histoire des revues, visible en feuilleton sur le site Ent’revues (premier épisode).

Gilles Boulan à la Maison d’Europe et d’Orient (Paris XII) tient depuis le samedi 24 septembre un Journal épisodique et fragmentaire de sa résidence, dont sept épisodes ont été publiés, jusqu’au dernier en date, du lundi 24 octobre.

Carine Lacroix à La Mie de Pain (Paris XIII) est perplexe, parfois, "devant la difficulté à attirer, donner envie, attraper, éveiller les jeunes du FJT". Et puis ils viennent et écrivent, et c’est saisissant : "Toute enfance est une vieille bâtisse et un jardin en friche."

Christophe Manon à la bibliothèque Marguerite-Audoux (Paris III) produit de nombreux objets textuels, sonores, graphiques, qui sont répartis en jours redoutables : phrases en vers et lyrisme expérimental ; et extrêmes et lumineux : fragments, éléments d’une fiction documentaire en cours. À voir aussi, ses actions menées avec le public, "club des lecteurs" et ateliers.

Charlotte Nordmann aux Amis de la Maison Verte (Paris XVIII) questionnera l’école, institution ambiguë, lors de rencontres publiques, ainsi que via un recueil de témoignages et l’écriture d’un essai consacré.

La résidence d’Emmanuelle Pireyre au théâtre du Fil de l’Eau (Pantin) a donné lieu à la création de sa pièce de théâtre, Laissez-nous juste le temps de vous détruire, par Myriam Marzouki. Vous pouvez en lire deux extraits : La chanson Je regarde en l’air et la séquence 4, intitulée Comment se comporter à l’ère écologique.

Cécile Portier a terminé sa résidence lycée Henri-Wallon (Aubervilliers). Elle en tire un bilan à son oblique et lumineuse façon : "Alors, qu’est-ce qui reste après la fin ? Il reste, bien sûr, qu’on reste sur sa faim. Que ce qui fut engagé n’est pas suffisant. Il reste aussi que le crabe est toujours vivant, mais de mon point de vue, un peu plus sur le dos, et ça me fait bien plaisir."

Ryoko Sekiguchi à la librairie La Cocotte (Paris XI) explore les rapports entre cuisine(s), langue et littérature, de multiples façons : en invitant des auteurs, comme Johan Faerber, à discuter à la librairie ; en livrant des tentatives de réalisation de recettes, comme le Fuwa Fuwa tôfu ; en publiant une collection de très jolis petits livres ; en réfléchissant aussi à des questions comme celle de la dénomination (ou de son absence) des plats. Résidence et rubrique foisonnantes, vivantes. À suivre quotidiennement.

Anne Terral à l’association Tournesol – Artistes à l’Hôpital nous raconte dans son journal les débuts de sa résidence, et propose des extraits de textes écrits en atelier au LHSS (Lits Halte Soins Santé) des Lilas.

Cécile Wajsbrot, à la Maison de la culture yiddish – bibliothèque Medem a repris son cycle de rencontres Écrire la catastrophe : témoignage et fiction avec Gilles Rozier (lire le texte Franchir le Sambation et voir la vidéo) puis Dominique Dussidour (lire le texte La conjugaison des anges, vidéo bientôt en ligne).

3 novembre 2011
T T+