Camille de Toledo – Oublier, trahir, puis disparaître

Lecture par Camille de Toledo, à la Maison de la Poésie de Paris, dimanche 26 janvier à 17h.

Dans le reflet, je nous vois, Elias, tous les deux embarqués.
La neige des plaines et la lumière du soir effacent nos visages.
Nous sommes là, puis nous n’y sommes plus.

Tu voudrais suivre ton reflet.
Tu dis : Mïln loniètz, nous disparaissons.
Mais à cet instant, une masse obscure, dehors, rappelle nos visages.
C’est une forêt qui passe.

Camille de Toledo, Oublier, trahir, puis disparaître (Seuil, 02/01/2014, Collection Librairie Du 20e Et 21e Siecle, ISBN 2021145654)


Camille de Toledo fait paraître Oublier, trahir, puis disparaître (Seuil, 02/01/2014, Collection Librairie Du 20e Et 21e Siecle, ISBN 2021145654), troisième volet d’une trilogie entamée par Le Hêtre et le Bouleau (Seuil, 2009), et poursuivie avec Vies pøtentielles (Seuil, 2011).

"C’est un voyage où l’on passe d’un siècle à l’autre", est-il écrit en exergue. Ce voyage est aussi un chant, en écho à son très beau De l’inquiétude d’être au monde, (Verdier, 2012).

Et nous rappelant comme étaient harmonieuses les étranges exégèses de Vies pøtentielles, dont il nous avait lus quelques fragments lors d’une soirée remue (à l’écoute ici), nous lui avons d’ailleurs proposé de renouer avec cette manière, ce mode de contrepoint qui sied à ses ramifictions. Il nous en offre des extraits avec exégèse, sur remue.net.

L’écouter lire est un moment à vivre et partager, ne le ratez pas.

Lecture par Camille de Toledo, à la Maison de la Poésie de Paris, dimanche 26 janvier à 17h.
Maison de la Poésie, Passage Molière, 157, rue Saint-Martin - 75003 Paris
M° Rambuteau - RER Les Halles // Infos et réservations, tél : 01 44 54 53 00, du mardi au samedi de 14h à 18h.

23 janvier 2014
T T+