Christian Garcin & Patrick Devresse | Mini-fictions, 37. Réseaux sociaux

photos Patrick Devresse, textes Christian Garcin.
Une série de textes et images en dialogue, à suivre en son intégralité ici



©patrickdevresse


Comme elle était athée et ne croyait pas le moins du monde à une quelconque existence post-mortem, Solange n’avait, depuis le décès de son mari Louis six mois plus tôt, consulté aucun medium, ni ne s’était imaginée que d’une manière ou d’une autre elle pût entrer en contact avec lui. Or un jour qu’elle surfait l’esprit vide sur Facebook en s’émerveillant de toutes les photos de chats et d’animaux tous plus mignons les uns que les autres qu’elle y trouvait, elle s’aperçut qu’un message lui avait été adressé depuis le compte de son mari ‒ lui comme elle en effet, bien que très peu assidus sur les réseaux sociaux, avaient chacun créé leur compte un an plus tôt parce que leur fille Mariette leur avait dit que cela « pouvait servir ». Elle ouvrit le lien, considéra le message sibyllin (« Ma chérie, je suis toujours là, près de toi ») et répondit outrée au plaisantin que cela n’était ni malin ni charitable de sa part, et qu’il pourrait au moins respecter la douleur d’une récente veuve. Néanmoins elle se demandait comment un inconnu pouvait lui écrire depuis le compte de son époux défunt : pour cela il fallait qu’il possédât son mot de passe, qu’elle-même ignorait. Presque instantanément, l’inconnu lui répondit d’un ton respectueux, s’excusant et proposant d’interrompre cet échange si cela la gênait, si bien qu’elle écarta l’hypothèse du plaisantin mal intentionné. « Je suis bien ton mari, voyait-elle écrit sous ses yeux, c’est là un des avantages insoupçonnés de la technologie : permettre aux corps désincarnés de se manifester par voie électronique. » Et à ces quelques mots était joint un smiley. Elle répondit, méfiante. Lui aussi, toujours respectueux, et peu intrusif. Si bien qu’insensiblement quelque chose en elle se mit en place, qui lui permit de trouver un équilibre affectif à l’idée de communiquer avec son époux défunt, qui de plus ne lui demandait rien et ne faisait que l’assurer de sa présence bienveillante, ceci sans la quelconque intercession mystico-charlatane d’un discutable medium, mais par le biais d’une modernité rationnelle, technologique et branchée, plus en adéquation avec sa manière objective de concevoir le monde. C’est ainsi que Solange Malevil put pendant dix-huit mois continuer à partager une partie de son existence avec son mari Louis, disparu prématurément d’un cancer du poumon. L’idée que leur fille Mariette eût pu usurper ainsi l’identité électronique de son père, qui lui avait peut-être un jour communiqué son mot de passe Facebook, ceci afin de venir en aide à sa mère et lui permettre de mieux vivre les premiers mois de deuil, l’effleura souvent, mais jamais elle ne lui en parla, préférant n’en rien savoir, et désireuse sans doute de se conforter dans ce qu’au fond d’elle-même elle continuait à considérer comme une illusion bienfaitrice. Deux ans après le décès de Louis elle rencontra un instituteur veuf nommé Pierre Marceau, et supprima aussitôt son compte Facebook. Les noces furent célébrées un an plus tard. Mariette était accompagnée de son nouveau fiancé et semblait tout à fait radieuse.






Christian Garcin est écrivain, à lire notamment sur remue.net - lire en particulier cet entretien paru en août 2014,à la parution de Selon Vincent (Stock). Christian Garcin est auteur de nombreux livres chez de nombreux éditeurs - on se référera à l’excellente bibliographie du site des non moins excellentes éditions Verdier, ainsi qu’à sa notice wikipedia, pour en saisir l’ampleur.

Patrick Devresse est photographe. De lui, Dominique Sampiero dit : "Patrick Devresse est un homme qui regarde. Qui scrute doucement le réel autour de lui. Comme ça. Mine de rien. Et même parfois qui baisse les yeux en souriant. L’esprit ailleurs. Comme si poser une vigilance sur le monde et vivre étaient intimement liés."
Voir son site http://www.patrickdevresse.com/, et son parcours personnel.

11 janvier 2016
T T+