Claire Louise Charbonnier ⎜ Toi...

Claire Louise Charbonnier / Toi...

Toi,
Je te rencontre dans les manifestations,
Nous brandissons des banderoles contre l’exclusion, des pancartes contre le racisme,
Nous hurlons ensemble contre le fascisme.
On se retrouve côte à côte.
Pourtant
Toi
N’as-tu jamais laissé échapper, ou même : n’as-tu jamais pensé, ou même : n’est-il jamais passé comme un éclair dans ta tête :
" C’est un nom juif, ça. "
Toi,
Je te côtoie dans tous les mouvements qui se créent
Pour faire barrage aux assassins de la différence, aux meurtriers de la démocratie, aux fossoyeurs de la liberté,
On se retrouve côte à côte.
Pourtant
Toi
N’as-tu jamais laissé échapper, ou même : n’as-tu jamais pensé, ou même : n’est-il jamais passé comme un éclair dans ta tête :
" Il a une tête d’Arabe, celui-là. "
Toi,
Tu es aujourd’hui devant moi avec la même volonté d’agir,
N’hésitant pas à donner ton temps, ton argent, pour toutes les causes justes,
A t’engager sans limite contre tous les rejets réducteurs.
On se retrouve face à face.
Et je te demande
Toi
N’as-tu jamais laissé échapper, ou même : n’as-tu jamais pensé, ou même : n’est-il jamais passé comme un éclair dans ta tête :
" Tiens, encore un noir. "
Je ne te jette pas la pierre : je suis comme toi.
Honnête en tout cas,
Assez pour l’avouer et pour reconnaître
Que le chemin est long.
Imparfaits, donc perfectibles,
Ensemble, et lucides.

Retrouvez ce texte dans le recueil La plus grande pièce du Monde aux éd. Des Amandiers

28 septembre 2002
T T+