Instin Textopoly 4 — la Place d’Armes

Rappel concernant la lecture sur Textopoly : utiliser la molette de zoom à gauche ; se déplacer en cliquant-glissant sur des cases pleines ; faire un double-clic sur une case afin de s’en approcher ; pour écouter un son, cliquer sur l’icône orange de Soundcloud.



Comme chaque (a)monument de la carte GI sur le Textopoly, la Place d’Armes est composée d’un centre et de clichés d’identité (photos aériennes notamment). Le tracé du monument (en vert) se rapproche de son modèle réel, situé dans le parc Montcalm de l’ancienne École d’application de l’infanterie à Montpellier.

Mais ce schéma plutôt réaliste est démenti par quatre rectangles pleins enchâssés aux quatre coins de la Place, suggérant quatre de ses dimensions temporelles, entre son passé militaire de lieu de rassemblement et lever du drapeau, et quelques-unes de ses virtualités de place devenue aujourd’hui publique : lieu de rencontres et de bals sauvages, de mémoire et d’oubli universels, ou dédié aux frondes et manifestations.

Sur l’enceinte de la Place en haut, court la nouvelle L’exécution du général (Patrick Chatelier), ou comment chaque matin le général est passé par les armes de ses propres hommes devant la stèle commémorative aux inscriptions effacées, avant de renaître de ses cendres.

Les 4 rectangles, spectres de la Place d’Armes :

— En bas à droite : le monument au Mort, « 18 questions sur un mort qu’on a connu », montage sonore d’interviews réalisés par P. Chatelier accompagné d’images d’Éric Caligaris.

Des témoignages anonymes, au sujet de personnes décédées, dressent un portrait multiforme d’un être qui serait à la fois femme et homme, jeune et vieux, tendre et sévère… Le questionnaire, rédigé au présent ce qui renforce l’ambivalence, commence par « Il, ou elle ? » et se termine par « Comment s’appelle-t-il/elle ? » Nous laissons deviner au lecteur la réponse obligée à cette dernière question.
Cette série, interviews et images, est destinée à se prolonger dans le futur sous diverses formes.

— En bas à gauche : le bal du général (en construction) comporte des images du bal qui eut lieu à Arcueil en 2008 lors du festival instin, photos É. Caligaris et photogrammes extraits d’une vidéo de Philippe Régnier ; ainsi qu’un enregistrement remixé de Manitas de Plata jouant vers 1960 dans le quartier des Barques à Montpellier.

— En haut à droite : les manifestations (en construction) ou bataille des drapeaux.

— En haut à gauche : Hissez les couleurs (en construction). Un picnic haut en couleurs sur la place d’armes chimiques : inventaire de colorants alimentaires interdits.


Éric Caligaris, SP 38, Benoît Vincent,

9 juin 2013
T T+