Le maire qui monte !

Allez dis, on le ferait pour l’entraînement
Et pour les questions ?
Bah, moi !
Toi pour les questions ? Mais t’y connais rien.
Pas la peine de sortir de Saint-Cyr, je peux faire semblant de tout comprendre.
Bah oui mais si tu comprends rien, je peux dire n’importe quoi, je vois pas l’intérêt de l’exercice.
Mais puisque c’est pour toi qu’on le fait, laisse-moi là !
Bon.
Ça va ?
C’est commencé ?
Quoi ?
C’est ça ta première question ? Ça va ?
Mais non.
Parce que je me disais, j’ai raison là, on va pas aller loin.
Mais non. Allez.
Allez.
Alors, Monsieur Boucan, comment ça va ?
Tu t’fous de ma gueule, c’est la même question façons plus polie !
Mais t’es con toi aussi, c’est pour faire comme à la télé ! Expérience de A à Z !
Ferme là avec ton expérience de A à Z, abruti !
Quoi !? Bah viens là si t’es chaud !
Ah le con. Stop, stop, on oublie.
Ouais, ouais.
Ça me tend.
J’vois ça gros.
Non mais les questions du genre « comment allez-vous » ou « vous êtes bien installé » ça va toujours aller. C’est plutôt les questions pièges qui me travaillent.
Du genre ?
Bah tout le reste.
Par exemple ?
Bah je sais pas. L’économie. Ou le principe de subsidiarité machin là.
S’t’a dire ?
Quoi ?
C’que t’as dit là ?
Le principe ?
Ouais ça.
J’sais pas vraiment. Bruxelles.
C’est Bruxelles.
Ouais enfin, un truc du genre.
Bon mais ça les gens s’en foutent de toutes façons. Ce que tu dois faire c’est marquer les esprits sur quelques trucs, et pour le reste, tu dis que t’entoures d’expert.
Pas con.
Du genre, t’as des trucs que toi t’es calé dessus, et pour le reste, c’est moins tes affaires quoi.
Ouais.
Mettons. Monsieur, votre avis sur la sécurité ?
…. Ah c’est pour moi la question. La sécurité elle est pas assez forte. Faut la renforcer, et ceux qui foutent la merde, on leur montrera la sécurité. Ce qui faut à ce pays, c’est plus de sécurité ! Quand on se sent bien, tranquille, on est capable de faire de grandes choses, la peur c’est contre-productif. Et quand on se sent en sécurité, sans ceux qui foutent la merde, on peut vivre en paix. En résumé, avec une sécurité plus forte, on fera de grandes choses, et on aura la paix. Alors ?
Tout à fait d’accord. Une autre ?
Azy.
L’Europe ? Monsieur ?
Croyez-moi j’aime l’Europe, et croyez-moi aussi si je vous dis que dans le monde y’a bien pire que l’Europe, mais de là à ce que Bruxelles vienne tout nous dire ce qu’on peut pas faire, croyez-moi que je vais pas laisser ça arriver. C’est nous qui décidons. Tenez l’Europe c’est comme ma belle-famille, ça va mais pas tout le temps, et pas tous les jours. Et chacun chez soi.
C’est vrai ça !
J’sais pas si je dirais ça quand même.
Bah au moins, on peut tous faire le rapprochement quoi.
Ouais mais dire ça à la télé, ça va jaser.
Ah ouais. L’euro ?
L’euro c’est bien.
Sauf quand on perd.
Oui. Vous avez raison.
La prochaine fois !
Euh oui, toutafé. Attends quand on perd quoi ?
Bah l’Euro. L’euro de foot. Pour la blague.
Le con hehe.
Hehe. Pour de vrai cela dit.
Ouais.
L’armée de terre Monsieur ?
L’armée Monsieur, c’est une fierté, faut être fier de l’uniforme ! On a beaucoup apprendre de l’armée, en matière de discipline, et faut leur dire merci pour tous qu’ils font pour nous ! Si on leur achète du bon matériel, on est sûr d’être tranquille !
Les salaires des femmes ?
Faut les augmenter !
Et les salaires des hommes alors ?
Faut les augmenter aussi !
Y’a pas de raison !
Comme vous dites hehe !
Pause ?
Ca commençait à chauffer !
Dans le bon sens ou dans le mauvais ?
Pareil, mi bien mi mal.
Bière ?
Azy.
Bah t’y vas.
Le con. Ah attends. Y’a mon téléphone !
Qui ?
Ah c’est Jeannot !
Le con.
Ouais Jeannot… On travaille. Chez Éric. Ça va. Non. Pas core aujourd’hui. Hein. Et alors ? Ok. Merci Jeannot !
Qu’est qu’il y’a ?
C’est Jeannot.
Et alors ?
Il dit qu’on m’a envoyé un mail.
Pourquoi ?
C’est pour l’élection.
Allez ? Dis-lui bonjour.
Ouais Jeannot, bonjour d’Éric, y’est là. Ouais ça va. Je regarde. Allez Jeannot.
Alors ?
Faut regarder le mail.
Attends t’as raccroché ?
Ouais.
J’voulais lui demander pour dimanche.
Pas mon problème.
Ah. Bon les bières… (…) Alors le mail ?
J’suis pas encore dessus.
Santé.
Santé. Ca y’est !
Lis-le !
Monsieur,
Après avoir reçu vos précédents courriers nous informant de votre intention de proposer votre candidature … Blabla... scrutin à venir…
Mûre réflexion, doublée d’un retour de nos collaborateurs de terrain … Avons décidé d’appuyer votre candidature, et de vous accorder l’investiture de notre parti… tatatata. Responsabilité, devoirs… A la condition que vous participiez… soustrayiez ? Qu’est-ce que ça ? Formation et débat au sein du bureau du parti. Blablabla.
J’ai rien compris.
Bah c’est bon ! J’suis le candidat !
Et le truc à la fin ?
C’est une formation au bureau du parti !
Alors c’est bon ?
C’est bon !
La vache ! Candidat aux municipales ! Mon Sergio !
Eh Santé putain !
Santé putain !

Raphaël Plockyn

28 février 2017
T T+