Les vingts et une sentes

C’est tout un monde qui s’ouvre à vous lorsque vous en avez trouvé l’accès. Bâti en hauteur, à l’abri des regards indiscrets qui viendraient alors gâcher cette quiétude presque étrange.
C’est une journée ensoleillée à Pontoise, le soleil à réchauffer jusqu’au moindre recoin de la ville fatiguée.
C’est des chemins cachés, des sentes escarpées, qui mènent à des lieux où l’homme n’est pas maître.
Il y a parfois du barbelé rouillé qui rappelle qu’ici les hommes se sont battus pour ces terres maintenant jugées inondables. Tant mieux, nous les réquisitionnons à notre tour pour des randonnées urbaines et végétales, enfin.
C’est plusieurs bâtiments habités autrefois par les gens qui sont aujourd’hui hantés par les coléoptères grouillant qui jonchent nos chemins et donne par certains aspects des écailles bétonnées au corps de la ville poisseuse.
C’est l’Oise qui s’immisce, s’infiltre, s’étend dans les infimes rus tentant de laver nos pêchers.

Léa Mièle

Pour aller plus loin dans Pontoise http://www.pontoise.fr/sentes/

25 mars 2017
T T+