Monostiques paysagers [24]


Le 27 juillet 2012, Rentilly



19 h 43

peut-être jamais faite, au fond, cette marche d’enceinte extérieure du parc intégral, quelle raison de la faire, sinon ?…




19 h 58

avoir commencé par la partie bruyante, même au pied de ses divers et successifs murs, antimoteurs les oiseaux luttent




20 h 10

la partie Guermantes est longue comme une fausse remémoration : je n’ai rien encore oublié de ce parc, saut de loup




20 h 28

je remonte la partie que je n’ai jamais empruntée sauf à l’intérieur, bientôt les volets bleus, le dos de la laiterie, chez moi




20 h 47

le petit bout de l’attente du bus, pas question de bus, il est question d’un monde à part où nul ne passe à pied à c’te heure




20 h 52

la partie que j’ai empruntée le plus souvent, mur à droite, à gauche le gîte et les chevaux, le silence, la vie des oiseaux



*



Le 31 juillet 2012, Rentilly



9 h 54

toute seule et toute noire une corneille sur pattes au beau milieu du boulingrin frais tondu est remplacée par une pie




9 h 59

là où fut le feu volontaire un carré encore agité, une tombe de rondins mal consumés, les engins autour ont labouré




10 h 04

rouge blanc rouge blanc rouge blanc rouge blanc (en italiques) danger des hêtres rouge blanc rouge blanc (Horvath)




10 h 08

il deviendrait fou, l’abbé Mouret, au milieu des carrés de couleur, une robe à fleurs est visible depuis le confessionnal




11 h 40

événement d’un essaim de guêpes dans une remise nécessitant un camion rouge et deux extraterrestres gris voilés




11 h 55

un forage vers la nappe phréatique pour alimenter les trois bassins… c’est un chantier, mais où est la construction ?






Jacques Jouet









19 août 2012
T T+