Quelques planches inédites

Dans l’attente d’un compte-rendu des séances d’atelier de cet automne, quelques images du travail sur l’exil réalisées pour notre prochain album à qui cette résidence devra beaucoup, tant au niveau de la réflexion que de la sérénité qu’elle apporte à sa création.

Présentation des planches choisies - qui se sont nourries de deux formes d’exil évoquées par les participants de l’atelier :

  • L’exil auquel nous condamne l’âge adulte : celui de l’enfance, territoire de non retour renforcé par le véritable exil, astreignant l’exilé en perte de madeleine à ne retrouver ni les odeurs, ni les lieux, ni les êtres qui ont peuplé cette lointaine contrée dont les images sont alors condamnées à se dissoudre lentement avec le temps.
  • L’exil volontaire, choisi dans l’espoir d’améliorer sa vie ou pour survivre à la misère et aux persécutions religieuses. Intitulée aussi migration, cette seconde forme d’exil s’inscrit dans l’histoire de l’humanité.
    (Désirée et Alain Frappier)






28 octobre 2015
T T+