Terres d’exil. Territoires d’écriture/Opus 4, Abolition des frontières

Lecture-performance de Pedro Kadivar le jeudi 3 mai à 20 heures aux Ateliers Berthier, Paris 17e.

Conception, texte et vidéo : Pedro Kadivar.

« Au moment où je parle, le pôle Nord sort d’un volcan au Japon pour un homme qui le contemple de loin, tout l’archipel indonésien apparaît sur une petite île suédoise pour un autre qui s’y promène, tout le Périgord noir du désert libyen en Égypte aux yeux d’un voyageur natif de la vallée de Dordogne. À la géographie conventionnelle j’opposerais volontiers une géographie subjective et émotionnelle, dérogeant aux règles frontalières et totalement imprévisible, selon laquelle pays et contrées versent les uns dans les autres et se déplacent au gré des visions et des perceptions individuelles. Je lie un lieu à un autre sans lien apparent, comme l’Iran est peut-être sorti d’un lac aux environs de Berlin pour moi, et comme j’entends une certaine musique en m’y promenant à chaque fois » (Pedro Kadivar).


Ateliers Berthier : 1, rue André-Suarès (angle du boulevard Berthier), Paris 17e
métro et RER C Porte-de-Clichy
tarif unique 5 euros
renseignements et réservations au 01 44 85 40 40.

Voir les rencontres précédentes :
opus 1 : Langue maternelle
opus 2 : Violents voyages.
opus 3 : Appartenances

Pedro Kadivar sur remue.


Écrivain et metteur en scène, Pedro Kadivar est né en Iran. Il quitte l’Iran en 1983, alors en pleine guerre avec l’Irak, pour la France où il continue ses études secondaires puis universitaires. Une rupture brutale a lieu à ses vingt ans avec sa langue maternelle, le persan, qu’il refuse d’entendre, d’écrire et de parler pendant cinq ans. Il travaille comme assistant à la mise en scène puis comme metteur en scène à Paris parallèlement à ses études universitaires et publie ses articles dans des revues de théâtre. Ses rencontres avec Edmond Jabès à Paris en 1989 et avec Heiner Müller à Berlin en 1992 ont été pour lui, dit-il, violemment importantes. En 1996 il s’installe à Berlin, continue à publier et à mettre en scène. Il y achève une thèse en littérature sur Proust (Marcel Proust ou Esthétique de l’entre-deux, Paris, L’Harmattan, 2004), continue à écrire aussi pour le théâtre. Il retourne en Iran au printemps 2004, après vingt et un ans d’absence, et y passe quatre semaines. Il évoque ses retours dans son pays natal en 2004 et 2005 dans L’extrême réel, texte dont une version abrégée a été publiée dans Les Temps Modernes en 2010. Depuis 2004 Pedro Kadivar a surtout mis en scène ses propres textes, dont Pièce d’automne - Un jour d’automne quelque part créée en 2006 en allemand au musée Pergame de Berlin et publiée en version originale française dans « Les Temps Modernes » en 2007. Il constitue le premier volet d’une tétralogie théâtrale intitulée Tétralogie de la migration écrite de 2006 à 2010. Egalement depuis 2004 il publie sur remue.net ses Nuits d’été.

24 avril 2012
T T+