Sur parole

Je veux à la fois être de ceux qui militent pour le livre, pour le temps du livre, pour la durée de la lecture, pour tout ce que la vieille civilisation du livre commande, mais en même temps je ne veux pas défendre le livre contre toute espèce de progrès technique qui aurait l’air de menacer le livre. Je veux faire les deux choses à la fois : être pour le livre et pour les moyens de communication, d’impression, de distribution, d’échange qui ne dépendent pas simplement du livre, et il y en a beaucoup. Entre les deux, je voudrais essayer d’inventer une stratégie singulière.

Jacques Derrida,
Sur parole, éditions de l’aube, mars 2005, p. 43.

7 avril 2006