une activité secondaire

Le métier d’écrivain est une activité secondaire. Vous porterez sur moi un jugement plus équitable d’après ce qui m’importe le plus : la vie pratique. Pour moi, le métier d’écrivain est un métier de formation ; avec un soin méticuleux, j’apprends à réfléchir et à travailler. Et lorsque, de surcroît, un ami intelligent tombe d’accord avec moi, alors mon attente est comblée. Pour devenir écrivain, on devrait avoir été un certain temps précepteur, professeur, artisan.

Novalis, lettre du 5 décembre 1798, cité par Gilles Jallet, Le crâne de Schiller.