La catastrophe des mines de Courrières, récits et témoignages

Le 10 mars 1906 se produit dans l’un des puits de la Compagnie des mines de Courrières une violente explosion, déclenchant un « coup de poussières » qui se propage en quelques secondes à travers cent dix kilomètres de galeries. La plupart des ouvriers sont immédiatement brûlés ou asphyxiés par les nuées toxiques qui succèdent à la flamme : 1 697 mineurs venaient de descendre au fond, moins de 600 remontèrent à la surface. Mais le 30 mars, après avoir erré vingt jours à travers les galeries éboulées, treize mineurs surgissent à l’air libre. Quatre jours plus tard apparaît un quatorzième rescapé.
Ce sont leurs témoignages qui sont aujourd’hui publiés, complétés par les rapports de deux survivants du premier jour. Ce livre reprend les récits de : Auguste Berthon, Léon Boursier, Louis Castel , Honoré Couplet, César Danglot, Albert Dubois, Élie Joseph Lefebvre, Victor Émile Joseph Martin, Henri Nény, Romain Noiret, Anselme Pruvost, Charles Pruvost, Léon Vanhoudenhove, Henri Wattier & François Colomer, Fernand Grard. [Communiqué.]

Linogravures de Sarah d’Haeyer

Coéditions L’Œil d’Or et Centre historique minier de Lewarde.


Sur remue.net, lire Trois écrivains ouvriers par Laurent Grisel.

Voir aussi Vieilles photos du pays minier sur un site consacré au pays des mines.

19 septembre 2006