La littérature avec ou sans permission

« Toutes les œuvres de la littérature mondiale, je les partage en deux groupes – celles qui sont permises et celles qui sont écrites sans permission. Les premières – c’est du vomi, les autres – un peu d’air qu’on dérobe. »

Ossip Mandelstam, La quatrième prose, traduit du russe par André Markowicz.

Lire Mandelstam et la parole, une chronique de Jean-Marie Barnaud.

29 octobre 2006