Shoshana Rappaport-Jaccottet | Procédures

Procédures

Mais il aurait fallu le dire. Je ne pouvais pas le deviner. Vraiment pas. C’est incroyable tout de même. Qui d’autre que toi pouvait me l’expliquer ? Qui d’autre que toi pouvait éviter cette fin stupide ? C’était pas bien sorcier. Un peu de jugeote. Un rien d’attention. (Si peu.) Dis quelque chose. Sors de ce mutisme. C’est énervant et puis cela ne résoud rien. Cette façon bien à toi de te dissimuler derrières des idées reçues, voire des propos convenus. Et ce silence qui finit par devenir hostile. Tu pourrais au moins faire l’effort de te disculper. Tenter d’élucider ce différend. Bien, continue à te taire si ça t’arrange.
Regarde-toi ! Tu es blême. Une face de trouillard. Et cette lèvre qui tremble. Cette main qui se défend. Ce cou qui se raidit. De quoi te protèges-tu ? De qui, plutôt ?
Où veux-tu en venir ? Mais observe tout de même ton petit manège.
On croirait un enfant apeuré.
Trouve-toi de meilleurs remparts. De vraies excuses. Élève n’importe quelle tour (de plus solides tout au moins.) Relis Michaux, au mieux que sais-je ? Diantre ! (Réagis !)
Tu ne vas pas te contenter d’un argument aussi faible. Aussi fallacieux. Oui ? Tu t’en satisferais ? Tu serais d’accord de tout brader sur un coup de tête ? Je pense que tu en serais capable. Ça s’est déjà vu. Oui. Oui. On dit ça et ensuite.
Pff. La poudre d’escampette. Courage, fuyons !
Parfaitement. Des signes anodins que tu dis.
En quoi l’étaient-ils anodins, justement ? Je ne te suis pas.
J’essaie pourtant. Humblement.
Regarde-moi quand tu me parles. Ce regard de biais et cet air irrésolu. De qui se moque-t-on ? Tout va bien. Il fait beau. Calme-toi. Tu vois, encore des propos ineptes, et qui n’ont rien à voir. Taratata. Des lieux communs. En oblique, comme d’habitude. Tu es lassant. Je vais finir par me fatiguer. Exactement, me fatiguer d’attendre. D’attendre quoi ?
J’aurai pu l’admettre. Chercher à me raisonner. Envisager des issues. (Réfléchir.) J’aurais pu évaluer la situation différemment. Me comporter en adulte responsable. Foutaises. Des résolutions de bonne-maman. Ce que tu peux être obsolète. Et d’un coincé.
Dire que tu passais pour l’homme (le plus) éligible.
Il n’y a pas de quoi rire, pas comme cela.
As-tu remarqué les hannetons cuivrés qui s’échinent contre la vitre ? Mais ... Les as-tu seulement observés ? Avoue. Franchement, là tu exagères. Conviens-en. Ta manière à toi d’éviter les questions essentielles. Parfaitement, comme toujours tu éludes. Vive le Cogito, des enfants de bleu vêtu. Un bleu charron comme il se doit. Ombrageux charron, n’est-il pas ?
Va falloir se mettre à penser au cœur de la fabrique, à penser ce qui se pense, à ce que l’on pense, à ce qui est pensé ainsi, tout près des ormiers, tout en haut à gauche. Bon. À très vite. Je ne t’embrasse pas.


***



À propos d’un voyage en Chine

Préludes à un voyage en Chine. Non !
C’est une grande voyageuse. Une grande, très grande voyageuse.
Le nord de Harbin, ça lui dirait d’y aller. Sais pas où c’est le nord de Harbin.
Paraît qu’il y a un cimetière. Un fossoyeur désoeuvré. Une tombe, voire plusieurs. Un terrain laisé à l’abandon. Des giroflées tout autour. Pas d’encerclement.
Sympathique avec ça. Simple comme l’air. Simple comme l’air que l’on respire, d’une densité non ravageuse.
D’une élégance surannée, intemporelle, à la lettre éthique.
De celle qui n’ont peur de rien ni de personne. Je vous l’assure. Vous la verriez. Elle pendrait père et mère, s’il le fallait bien sûr. Faudrait peut-être pas le lui demander sur un coup de tête. Faudrait tranquillement s’assurer qu’elle n’est pas armée. C’est tout. Boule de gomme.
C’est du chiqué. Personne ne joue le jeu. Pas de poker menteur. Connais pas la règle. Veut plus jouer toute seule, voilà.
Oui. C’est tout. C’est dit, promis.
Rien ne l’arrête. Pour quoi faire ? Vous n’iriez tout de même pas mettre cela sur la balance. Avec sa tête et son corps. La meilleure façon de bouger. Léger. Sans ambages. L’aventure quoi.
Pas de ces petits déplacements inopinés, riquiquis qu’ils disent, pas seulement les imbéciles.
L’inspiration avec ce qu’elle a de profond, de réfléchi. Oui.Une longue réflexion. Un parcours balisé. Oui.
Aucune place à l’imprévu ? À ce qui surgirait au coin d’une rue ? Une discipline de fer. Un moral d’acier. Pas de chichis.
Préparé. Attention au bastingage . Pas simple, le bastingage. Plus près du port. Plus près de lui aussi. C’est bien la vie d’une soutière. Ça vous change des matelots égrillards, de la houle, ou du fond. Un cachalot plutôt qu’une baleine ? Question de bosse sans doute, inévitablement celle de la vareuse non blanche.
Non, je vous le répète. Elle n’a jamais peur. C’est ainsi. Un être d’exception sans doute, unique, singulier. Aimé, qui plus est.

Shoshana Rappaport-Jaccottet


De Shoshana Rappaport-Jaccottet, nous avons récemment publié Virginia Woolf, des scènes de la vie de l’auteur des Vagues ;

12 décembre 2006