Lire le journal en faisant le thé

De bon matin, je lis dans le journal les plans que font pour notre siècle
Et le pape et les rois et les banquiers et les grands seigneurs du pétrole.
De l’autre œil je surveille
L’eau pour le thé dans la casserole,
L’eau qui se trouble et se met à chanter, redevient claire
Puis débordant, étouffe le feu.


Traduit par Maurice Regnaut
dans : Bertolt Brecht, Poèmes 1941-1947.

11 février 2007