Un artiste méconnu

(La souris s’aventure dans le trou.)

Artiste méconnu, Victor Popp : pourtant ses plaques de fonte, disséminées sur certains trottoirs parisiens, sont l’expression d’une démarche souterraine qu’il est temps de mettre au jour.
L’’asphalte piétonnier laisse ainsi apercevoir l’opercule qui permet d’aller s’enfoncer dans le sous-sol et de rejoindre le grand collecteur mystérieux dans lequel naviguent, dit-on, certains noyés.

A la nuit tombée, Victor Popp perçait lui-même, avec un marteau-piqueur muni d’un silencieux, la surface de la rue qu’il avait choisie, déposait sa lourde porte carrée sur le trou réalisé, et signait l’oeuvre de ces aplats de couleurs, rehaussant l’austérité de l’ensemble.

Les plaques de Victor Popp ne s’arrachent pas aussi facilement que celles qui identifient les rues, dérobées par certains maniaques à la seule lumière de la lune, faute de les voir écrites à leur propre nom : trop encombrantes, laissant béer des ouvertures dans lesquelles des passants distraits risqueraient de disparaître, elles demeurent fixées ici ou là, indiquant la possible visite du monde d’en bas, le jour où l’on est fatigué de celui d’en haut.

L’exposition Victor Popp est gratuite, sans date limite, il suffit de la parcourir en marchant à l’air libre, au hasard de la vision du quotidien toujours plus surprenant que l’on peut l’imaginer au premier abord.

Dominique Hasselmann - 30 mars 2007