Notes de peinture 3

Samedi 7 décembre
Trouver la ressemblance par le trait empêche la couleur.

Hier, tout plié, tout rangé.
Sans la couleur, c’en était fini de la peinture.
Pour toujours.

Ma mère, représentée en trois-quatre traits même sans ressemblance la couleur était possible.
Mon père, cherché la ressemblance : couleur out.
Dessin-peint.
Que faire ?
Peur d’échouer. Peur que la couleur fasse s’évanouir la ressemblance.

Me forcer à la couleur.
Sinon ce n’est pas fini.

Peut-être que je suis en train d’apprendre la peinture.
D’autant que ma mère est sur fond de mer, habillée d’une robe rose.

Dimanche 8 décembre
Maintenant l’inconnu.
Aucun tracé.
A tâtons de nouveau.
A tâtons sur le moyen qui n’est plus d’évidence le maniement des couleurs.

Hier peur, doute aussi.
Aujourd’hui…

Ce qui est fait :
1. Les Bundren
2. Tango
3. Jeune femme dans la bergerie
4. La crèche monstrueuse
5. La folle et le batelier
6. L’homme nu
7. Big Sur

Ce qui est à faire (la liste) :
8. Diptyque de mes parents
9. Famille
10. Paysage avec quelqu’un

Ce qui est démarré : mes parents 8. et 9. ?

… ou alors j’ai fait mes dessins d’enfant et maintenant j’apprends ?

Lundi 9 décembre
J’arrête les couleurs.
Ce sera des dessins-peints.
Famille, ce tableau de la liste divisé en six, devient neuf tableaux 60 x 80.
Neuf dessins-peints que je disposerai à mon gré.

18 janvier 2007