Sonia Chiambretto : 12 Sœurs slovaques

12 Sœurs slovaques est le deuxième texte de CHTO, une trilogie de Sonia Chiambretto sur l’exil et le déracinement.
CHTO interdit aux moins de 15 ans a paru en 2006.
Mon képi blanc paraîtra à l’automne 2007.


Le train de CHTO interdit aux moins de 15 ans a conduit Sveta de Grozny à Marseille. Celui de 12 Sœurs slovaques conduit Katerina de Bratislava à Nice.

Sa mère l’a amenée à la gare, elle lui a donné une valise en osier, un bel édredon en plumes. Katerina ne reverra rien, ni sa valise, ni son édredon, ni sa mère. Elle voyage avec Magdalena. En route vers le Paradis croient-elles, « heureuses comme des Reines », elles franchissent frontière sur frontière.
À Prague montent dans le train Gizela, Lenka, Anna, Berta, les sœurs Molkosva.
À Varsovie d’autres filles, dix.
À Berlin d’autres filles, dix.
À Lyon d’autres filles, douze.
Des Sœurs de la Charité, un aumônier les accompagnent.

Arrivées à Nice, on efface leur nom sous un autre : Magdalena devient Sœur Madeleine, Katerina devient Sœur Rose, toutes les petites filles deviennent des petites Sœurs, quels autres mots auront-elles bientôt à effacer encore ?

OH
Aujourd’hui
Sœur Angèle
ma voisine de chambre
debout
est tombée
malencontreusement
Ca l’a un petit peu ébranlée

12 h
Sœur Angèle
ma voisine de chambre
couchée
par téléphone
m’a prévenue de son accident

14 h
Par téléphone
couchée
je lui ai demandé de ses petites nouvelles

16 h
Couchée
par téléphone
Sœur Angèle
m’a donné des petites nouvelles

18 h
Couchée
par téléphone
je lui en ai redemandé

OH j’ai les yeux plein de sable Comme un obstacle à cet œil-là Comme un petit caillou ça me gêne Vous n’avez pas idée les yeux plein de larmes toujours ça coule et flûte !

Les petites filles sages chantent quelquefois des comptines ; elles sont quelquefois malheureuses parce que personne ne les prend dans ses bras ; elles restent là où elles ont été conduites ou elles fuient ou elles meurent ; grâce aux sermons de l’abbé elles apprennent la langue française : Oui, Merci, Oui, Merci, Oui, Merci.

Sonia Chiambretto écrit des histoires que ni vous ni moi ne songerions à raconter à des petites filles tant ces histoires sont tristes et déchirantes, tant les adultes s’y montrent insoucieux de l’enfance. Les petites filles qui vivent des histoires qu’elles n’avaient pas l’âge de vivre, qu’elles n’ont pas l’âge de lire, ce serait pour plus tard n’est-ce pas, que liront-elles plus tard, que vivent-elles aujourd’hui ?

Dominique Dussidour - 21 mai 2007