Marcher avec Antoine Choplin

Parution de Cairns aux éditions La Dragonne.


Aux nombreux écrivains happés par la passion de la montagne et désireux de s’y frotter régulièrement, ne serait-ce que pour connaître leurs limites physiques et pour compenser les manques en usant d’autres – et souvent insoupçonnés – expédients, à ces Pétrarque, Lenz, Ramuz, Celan ou, plus près de nous, De Luca, Rigoni Stern, Chappaz ou Georges Picard (Le Vagabond approximatif), il faudra désormais ajouter Antoine Choplin. Comme eux, il a choisi la marche en terrain pentu. Non pas la flânerie ou l’errance mais l’avancée lente et soutenue avec, en bout de course, un lieu à atteindre.

« Celui-ci pourra prendre des formes diverses comme l’atteinte d’un ou plusieurs points remarquables, la réalisation d’une traversée, le parcours d’une boucle avec différents niveaux de contrainte sur les lieux de passage. »

Une envie d’en découdre, voire de se dépasser, pour goûter, outre ce qu’il découvre, éprouve, surprend en cours de route, ce qui naît de l’effort et de la fatigue, quand le corps porte, par fragments, au gré des lacets, la pensée un peu plus haut que de coutume.

De « cet album en cours de confection tout au fond de soi », il détache quelques feuillets, réflexions, interrogations et certitudes (seulement celles d’un marcheur conscient de sa fragilité). Il sait que le chemin emprunté n’est pas uniquement celui où il pose ses pas d’arpenteur. Au-delà, il y a l’autre, suivi ou inventé par l’inconnu « qui rêve au-dedans de lui-même », dansant un étrange tango avec le temps, le parcours, l’éphémère.

Suivre Antoine Choplin, l’auteur du très subtil et remarquable Radeau (La Fosse aux ours, 2003), entre combes et éboulis, permet également, à travers ces pages concises et solitaires, d’ouvrir un autre livre, celui, immémorial, d’un paysage tout en sinuosités et en dénivelés, jeté à flanc de montagne, là où « la chair est palpable », là où « les sons rebondissent et s’amplifient », là où le souffle se fait court, constant et régulier.


Antoine Choplin : Cairns (photographies de Francis Helgorsky), éd. La Dragonne.

Jacques Josse - 6 février 2008