Les bois sont remplis de geôliers.

Sur les routes maléfiques derrière les réservoirs à pétrole, là où les chiens sanguinaires montrent les dents derrière les grillages, les autos de police bondissent soudain comme des voitures d’évadés, mais elles proviennent d’un crime plus secret, plus funeste que les mots ne peuvent le dire.
Les bois sont remplis de geôliers.

Jack Kerouac, Le vagabond américain en voie de disparition, traduction de Jean Autret.

9 février 2008