Ce qu’il faut « surmonter » pour écrire.

Pour écrire, il faut surmonter les grands désastres, la misère des hommes, les événements - et le journal du sommeil - le métier du jour - cette taie d’huile qui nous rend aveugle et sourd - qu’il faut si violemment déchirer pour reprendre contact avec les choses les plus simples.

André du Bouchet, Carnet bleu perdu, cité dans L’Étrangère, n° 14-15, mai 2007, p. 389.

02 mars 2008