« ...la négligence dans laquelle il tient les consonnes »

17 septembre 1920. Soirée poétique de Mandelstam à Batoum (Géorgie). La presse locale loue la musicalité de sa poésie, son art de faire durer et chanter les voyelles, mais critique la négligence dans laquelle il tient les consonnes.



Nikita Struve, Ossip Mandelstam, Institut d’études slaves, Paris, 1982.

17 septembre 2008