Shoshana Rappaport-Jaccottet | Décrire, Insister

Lire d’autres textes de Shoshana Rappaport-Jaccottet.


  Décrire

  Plonger la tête la première. Voilà l’instant décisif. Plonger comme si la tête n’y était pas appelée. Un bras, puis l’autre, et hop. Immersion lente dans l’eau froide. Rester philosophe, poursuivre. S’élancer bravement. Mais où, grands dieux ? Et jusqu’où ? Nager comme si de rien n’était. S’éployer. Tendre les bras, le corps, retenir sa respiration. Quelle est l’alternative du saut ? L’envers du décor ? Déplier la question. (Inutile, troublante rémanence du souvenir.) Comment traiter le sujet ? (L’énigme de la légende, ou telle légende de l’énigme, ornements rhétoriques qui visent à distraire du but.) Parvenir à la description exacte de quelque chose de gris, de hagard, de crucifié comme ce ciel sans horizon. Un pan en construction, d’autres bâtisses nues, d’autres habitations à leurs côtés. (Le premier rêve du machiniste, son esquisse.) L’éclat d’un jour résigné, dans la brume, près du pont, ce mur. Achever la trajectoire. Donner du sens à l’action corrosive du rire. Cerner, discerner, dégager la force, l’angle d’attaque du verbe. Entamer une phrase. Je continue. (Effacer l’ardoise.) Discourir au tout-venant, s’ouvrir au mot. Possible du possible ici ? Embarquer pour les navigations téméraires, opiniâtres, lointaines. (Souvent insouciantes, sinon déraisonnables.) Quelle consolation espérer de l’entreprise ? Céder au monde sans pleurer. Calcul compliqué. Au-dessus de mes forces. Laisser passer les haltes sévères qui aliènent, les plaies sourdes qui exposent, les illusions forcément déçues.
  Penser au vent primesautier là-bas, là-bas.




  Insister

  On a dû insister pour qu’il se mette à parler. Il s’y est mis depuis sans s’arrêter. Ça ou courir, il ne voyait aucune différence. Il n’avait rien à d’autre à faire. C’était sa chance. Cela devait marcher. Il n’avait guère le choix. L’idée l’écorchait. Il avait le sentiment de l’impossible, de sa vanité. Un clair sentiment d’impuissance. Très inconfortable. Il devait garder la tête hors de l’eau. Il était constamment immergé. Il ne pouvait plus rien retrancher. Que voyait-il ? C’était curieux cette coexistence de cécité et de toute puissance. Son pessimisme lui semblait légitime. Était-ce cela qu’il fallait faire ? « Bon qu’à ça » ? Il était porté par le plan, l’objectif, la crainte de s’ennuyer aussi. Il attendait que ça passe, s’efforçait à lire, s’occupait les matins. C’était désespérant cette lenteur. Il jouait un rôle mineur. Ça le fatiguait physiquement. Les champs étaient opposés. Il se représentait comme un boxeur. Il lui fallait accélérer, trouver l’action susceptible de l’encourager à l’effort. Une force inévitable. Un athlète d’état sans promotions. Une densité particulière qu’il devait nommer. Il était anonyme et talentueux. Rien de précis. Aucun exploit. Il n’était pas même ouvrier d’usine. Il souriait tout le temps. Cela le rendait attachant. Cette gêne à livrer sa pensée lui volait sa vie. Que voulait-il gagner ? Il avait horreur du sport d’équipe. C’était une corvée. Parcourir une contrée comme un accident historique. Voilà. Le plaisir s’apprend. Il inventait sa propre façon d’apprendre. Le style ne le préoccupait pas. Seule la vitesse comptait. Il ne ressemblait à personne. Il construisait humblement une légende. Il existait simplement. Devenir l’idole de quelqu’un. Qu’est-ce qui le caractérisait ? Il avançait. Il était affecté à des travaux pénibles. Un terrassier. Un misérable terrassier. Quoi d’autre ?

19 novembre 2008