Delphine Bretesché | l’Électroencéphallusgramme

Plasticienne, Delphine Bretesché travaille le mot en édition, poésie, théâtre, scénarios, radio, performances d’improvisation avec musicien et œuvres dessinées à l’encre et au bâton dans son atelier de Nantes.
La rencontre avec le Général a permis la création lors du festival instin d’une œuvre en performance plastique L’Électroencéphallusgramme du Général Instin et en prolongement l’analyse de cet
électroencéphallusgramme (qui donne beaucoup de points au scrabble).
Voir le site de Delphine Bretesché.




Performance Électroencéphallusgramme du Général Instin,
encre, bâton, rotring et scotch sur rouleau de papier







Électroencéphallusgramme de : Instin Général
Date et lieu de naissance : inconnus
Date de l’examen : 6 et 7 septembre 2008
Lieu de l’examen : Gras Anis St-Quentin-en-Yvelines
Praticienne : Bretesché Delphine
Prescripteur : Chatelier Patrick


Cher confrère,
Je vous remercie de m’avoir adressé Instin Général pour un électroencéphallusgramme réalisé en notre clinique de Gras Anis sur deux jours les 6 et 7 septembre 2008.

Vous m’adressiez vos craintes suite à différentes plaintes de Instin Général, je cite votre rapport : « Douleur diffuse non localisée sauf en un lieu précis que je m’interdis ici absolument de nommer », « Faiblesse puis force faiblesse encore tout soudain vigueur accompagnée de fièvre, rougeurs, suée et palpitations », « Patriote émotion à l’instant de la conquête, lâche abandon de la troupe au moment de l’assaut », « Rugissante puissance non assouvie malgré les bons soins successifs d’une épouse dévouée, de sa servante, de sa sœur, de sa mère, du fidèle Brutus, puis de ceux-ci tous ensemble », « Grande lassitude morne plaine atroce mollesse terrible souple insoluble berne ».

Vous ajoutiez un état possiblement dépressif, des troubles du sommeil, une grande fatigue suivie d’épisodes d’agitations, et vous suggériez très à propos un électroencéphallusgramme.
Nous étudierons en détail les épisodes significatifs de l’électroencéphallusgramme et nous exposerons les modi operandi du traitement appliqué.

L’imagerie évoque largement la piste d’une dépression post-coïtale à dyspnées aléatoires.
Très fréquente chez les hauts gradés à larges épisodes en terre étrangère je n’écarte pas suite à l’interrogatoire de Instin Général la possibilité d’un primo-épisode pubère en vallée de Chevreuse.
Extrait de l’interrogatoire : « Ma mère cette sainte femme rit sur le chemin son bras sous le bras de mon père je trébuche la face dans l’eau je perds connaissance je me réveille secoué par la course de mon père il me serre très rouge appelle à l’aide ma bonne arrive on s’émeut on m’interroge je bande je grelotte l’eau se répand sur le parquet. » La bonne a-t-elle frotté son petit monsieur frigorifié trop fort ?
Remarquons dans le premier extrait de l’électroencéphallusgramme les taches très nettes dites en « flaques éruptives » (Karzisgn, 1998 ; Bretesché et al., 2000).

Fig. 1 – Flaques éruptives

Nous avons désarmé la réactivation de l’épisode en soumettant Instin Général à un entraînement de maîtrise éruptive.

Fig. 2 – Deux exemples d’activation cavernale uniturgescente comparant la phase pré-entraînement A et post-entraînement B au cours de la tache de dénomination (contraste post > pré, p < 0,05)

L’implication de l’hémisphère de Krougnette est plus marquée en A confirmant l’origine du primo-épisode pubère en vallée de Chevreuse.

Ces résultats nous encouragent à poursuivre nos investigations en étayant l’imagerie de l’électroencéphallusgramme avec une rTMS (stimulation magnétique transphallique répétitive).

La rTMS est un moyen non invasif de créer une dépolarisation brutale et synchrone des phallus’s nerône (Bretesché et al., 2005) d’une zone précise du cortex bitoïde grâce à un champ magnétique. La stimulation à basse fréquence (1 Hz) aboutit à une diminution de l’excitabilité, à l’inverse la rTMS à plus grande fréquence (20 Hz) augmente l’excitabilité (Bretesché et al. 2006). Il existe dans ce cas un risque extrabandogène non négligeable pour des patients immunomembrés à déficit latéral aigu.

Nous décidons un protocole : 22 minutes de rTMS inhibitrice répétées quatre fois par semaine durant deux semaines. Instin Général signe la décharge sa femme se plaint du dérangement je propose la voiture plutôt que le cheval.

Fig. 4 – Modification de l’hémisphère de Krougnette après traitement : corrélations significatives entre le volume de substance noire et l’âge du patient au souvenir évoqué
A : avant le traitement par rTMS
B : après le traitement par rTMS

La réponse très positive du patient au traitement nous a entièrement satisfaite.
Cependant je ne vous cacherai pas que l’état général de Instin Général réserve pour l’avenir tout pronostic.
La normalisation de la zone détectée par l’électroencéphallusgramme entraîne en cascade des détériorations alentour. Nous avons repéré la cause du trouble, l’avons traitée mais en la traitant nous avons déséquilibré le premier domino. Les examens ne nous renseignent pas sur l’édifice domino mis en place par le patient, ni sur sa géographie, ni sur son importance.
Cher confrère il s’agit là du dégât collatéral Domex359MK0 imputable au 0,008 % de risques signalés en alinéa 10.3 du chapitre XVI tome II de la charte signée par Instin Général.
Nous tenons à vous signaler également le comportement de la femme du patient. Elle se plaint d’un changement radical chez son époux « plus tendre qu’un chiot sous la mère ».
Nous avons interrogé le patient sur ce point :
« Douceur diffuse non localisée sauf en un lieu précis que je m’évertue à préserver », « Folesse puis force folesse encore tout soudain extase accompagnée de fièvre, suée et spasme », « Chauvine émotion à l’instant de la retraite, magnifique suspens de la troupe au moment de la charge », « Lâches assauts acharnés successifs d’une épouse affolée, de sa servante, de sa sœur, de sa mère, du fidèle Brutus, puis de ceux-ci tous ensemble », « Grande euphorie adorable mollesse nationale souple cocardière berne ».
Nous rassurons la femme du patient sur le caractère passager de cette transformation.
Sur son insistance nous l’examinons, palpons ses doutes et l’assurons de l’absolue attraction de sa personne.

Nous prenons rendez-vous avec les Instin l’année prochaine et nous nous tenons d’ici là cher confrère à votre entière disposition pour tout exposé oral à vos étudiants que vous jugeriez nécessaire.
Bien confraternellement,

Delphine Bretesché
Professée de médecine
Ancienne interne des Haut-Pitons de Paris
Titulaire de la chaire royale de membrologie de Glasgow
Société des amis de la Krougnette


Je vous transmets après étude les extraits les plus significatifs n° AGGI06090800, n° AGGI06090801, n° AGGIO7090800, n° AGGI07090801.







Bookmark and Share

3 mars 2009