« le petit escalier disparu au fond de la cave comblée »

Les premières choses mais les oiseaux de Cathie Barreau vient de paraître aux éditions Laurence Teper en même temps que Écoute s’il neige, roman dont vous lirez un extrait ici.

Aux éditions numériques publie.net, a paru récemment Résonnent les voix des hommes, « la fiction pour pousser à l’extrême contradictions et mémoire d’un atelier d’écriture en prison » (F. Bon).


             les premières choses…

             « Pourquoi que les choses sont comme ça ? »
             Le jeune Mattis qui pose cette question dans Les Oiseaux de Tarjei Vesaas aurait aimé lire ce texte de Cathie Barreau. Lui qui répond à la bécasse dans son écriture d’oiseau, par des empreintes et des picotis, aurait reconnu ou fait siennes quelques-unes des « premières choses » qu’une enfant a vues

             quand elle est née, des moulins et des chevaux, des hommes vieux marchant au bord des maisons, portant des paniers de noix et de noisettes qu’ils distribuent ici et là à ceux qu’ils croisent…

             quand elle est morte, des humains et des bestiaux, des foules d’hommes et de femmes aux cheveux noirs, longs, des bisons légers comme des chevreuils, mêlés tous dans une plaine où ils attendent le moment des sacrifices, impassibles, droits, bienveillants…

             quand elle renaît, des touffes d’herbes poussées entre les pierres des décombres, la maison effondrée et, sur le seul mur debout, le tableau du lac et de la maraîchine dans la lumière de la lune…

             Mattis aurait aimé cet inventaire délicat d’un monde qui bascule brusquement dans la fièvre puis reprend son équilibre dans de nouvelles images [1].

             mais les oiseaux

             Dans la voix et les yeux de celle qui observe, merle, rouge-gorge, tourterelle au nombre de deux, pluviers acrobates, volées d’hirondelles, d’étourneaux, j’en oublie
             vivants ou morts
             les oiseaux portent les inquiétudes et le tremblement qui traversent les textes même les plus paisibles de Cathie Barreau.


Illustration : Improvisation de Yona Friedman.

Dominique Dussidour - 11 mai 2009

[1On rappelle un précédent inventaire du monde en 12 textes : Le monde est beau, il est rond de Suzanne Doppelt.