Rien ne change, vraiment



Qu’est-ce qui change ?
Rien.
Presque rien.
Ouvrir un fichier de bloc-notes, de l’espace blanc, j’écris dedans, j’enregistre le fichier sous un nom qui correspond à la date du jour, et je continue de jeter dans cet espace blanc de ces notes, de ce qui me passe par la tête. Dans le tapotement, de temps en temps, je fais ’Ctrl "S"" pour sauvegarder, cela revient à une manière de ponctuation, je ne suis pas très sûr d’y faire beaucoup attention d’ailleurs.

Les fichiers s’entassent dans des répertoires, de temps en temps je tire une certaine satisfaction à cet entassement de petites briques les unes sur les autres parfaitement rangées par ordre de date.

Mais je ne dirai pas que cela change beaucoup.

Ca reste du texte. Et le texte cela fait longtemps que je sais que c’est une forme de fluide, de liquide que l’on peut ensuite canaliser à l’intérieur d’une maquette, on dit d’ailleurs "couler du texte" dans des colonnes. Finalement ce serait cela la différence, la vraie question. Avec quel programme, quelle application écris-tu ?

Et là, alors oui, cela devient une autre question une autre paire de manches.

Et je suis obligé de constater qu’il a bien du se passer quelque chose parce que depuis quelques temps, je n’écris plus qu’en html, parce que longtemps que je ne sais plus me passer de ces balises d’insertion de quelque chose qui n’est plus tout à fait de l’écriture stricto sensu. De l’image par exemple.



Philippe De Jonckheere - 20 janvier 2011