Une autre quatrième dimension

Philippe de Jonckheere, Sans titre,
extrait du site Désordre
détail de "plan désordre", recadrage CP, avec l’aimable autorisation de l’artiste.

Reproduit dans :
Images de pensée, Marie-Haude Caraës et Nicole Marchand-Zanartu,
éditions RMN, 2011 ; p. 52-53

À l’occasion de la parution de

Images de pensée

le CAPC musée d’art contemporain
de Bordeaux présente, au salon du rez-de-chaussée, en partenariat avec la RMN, l’ "image de pensée" du site Désordre à l’intérieur d’une sélection de planches d’artistes, de philosphes, d’écrivains, de cinéastes et d’anthropologues choisies par Marie-Haude Caraës et Nicole Marchand-Zanartu.

Le béquet n° 9 aborde la question de la quatrième dimension
à partir, avec et principalement en traversant une autre exposition actuelle du CAPC :

Johan Furåker. Le premier fugueur


CV de l’artiste

* * *
et en “projections de pensée”, l’exposition "Le Château", un déploiement d’œuvres de la collection du musée qui invite le visiteur à une lecture cartographique.


« J’ai envie de fuguer » dit PIERRE BEQUET , et il part. Adepte du rentrer-en-soi-pour-aller-ailleurs, tout en marchant plus de soixante-dix kilomètres par jour, il accomplit un voyage sur place. À l’intérieur de sa dromomanie, il parcourt un monde à sa mesure.


LES CHEMINS NE CONDUISENT NULLE PART, OU MENENT DANS LES ABÎMES, LES HAUTEURS OU LES PROFONDEURS, SANS CHUTE NI ASCENSION

La femme prend appui sur la nosologie et l’étiologie clinique du célèbre professeur Pitres −et sur les facéties qu’il est impossible de dissocier de son nom− pour inventorier et classer les différents lieux traversés par le fugueur.
S’il n’y avait pas eu de médecin, il n’y aurait pas eu de malade.

Une liste investie de la réalité du monde donne forme à des paysages urbains et ruraux qui changent plus vite que le cœur de l’itinérant.
Monte Carlo, Nice, Menton, Vienne, Moscou, Constantinople, Berlin, Paris, Montagne sainte Victoire… aux côtés des figures de la machinerie moderne : « Au Grand Paris », Panopticon, Union vélocyclopédique, Unter den Linden... une locomotive répète sans faillir un mouvement hallucinatoire sous les tilleuls de la promenade.


LES FLEURS DU BORD DU CHEMIN NE SONT PLUS DES FLEURS, CE SONT DES TACHES OU PLUTOT DES RAIES ROUGES OU BLANCHES ; PLUS DE POINTS, TOUT DEVIENT RAIE.

l’automatisme ambulatoire de PIERRE BEQUET articule le dehors au dedans
l’imagination du sleepwalker n’est pas grandiloquente
images d’Épinal, chromos, cartes postales, réclames et bas-relief d’un socle de statue de héros militaires
sur le socle un lion sans gloire étendu de tout son long pique dans un ciel bleu un roupillon hypnotique

Le “guerrier non-appliqué” est tombé dans les bras de Morphée.
La forme est l’expression extérieure du contenu intérieur.
PIERRE BEQUET ne veut pas faire l’armée. Il "fait" la Russie.


WHEN I WAS ON THE SQUARE OF PETER THE GREAT, I WAS ARRESTED AND IMPRISONED FOR NIHILISM

La femme colle des images de l’état des choses à l’intérieur des pages d’un album. La véracité des détails observés, les rayons les plus fins d’une roue de vélocipède ou les plus petits assemblages d’un réacteur de centrale nucléaire peignent la simultanéité d’un mécanisme de pensée.

Comme l’imagination de la femme se déploie en dehors de l’espace et du temps, de l’autrefois et du maintenant, les mots de la langue humaine ne lui suffisent pas.
Au Pays de la quatrième dimension une « image de pensée » émerge :

« Dès qu’il s’expose, il marche. »


Table de travail

Image ci-dessus [photo CP] : vignettes du livre-catalogue de l’exposition des peintures néo-conceptuelles de Johan Furåker.
Ibidem image ci-dessous.

Le lecteur a la possibilité de reconstituer son parcours de visiteur d’exposition en assemblant ces vignettes dans un certain ordre —et/ou désordre— ou en les collant chronologiquement dans les pages de l’"album" en suivant le sens de l’exposition.

Le catalogue : « Johan Furåker Le Premier Fugueur/ The First Runaway »,
CAPC Musée d’Art Contemporain de Bordeaux, 2011.

Outre ses qualités de "livre d’artiste" [et sa justesse relativement à la conception de cette exposition mise en œuvre par le philosophe commissaire de l’exposition Alexis Vaillant, et à son concept exigeant], cette publication propose l’histoire, l’historique et l’analyse des conditions sociales, économiques et culturelles dans lesquelles Albert Dadas est devenu « fugeur, sommanbule international et touriste pathologique ».

Les contributions de Gertrud Sandqvist et d’Alexis Vaillant [indispensables à tout visiteur également exigeant et qui-ne-sait-pas-ce-qu’il-regarde] éclairent les errances du "somnambule" et montrent comment elles anticipent à la fin du XIXe siècle une forme actuelle de tourisme de masse.

Cent ans après les fugues effectives d’Albert Dadas, Johan Furåker présente une imagerie de "voyages" qui étaient sans images et qui échappent à l’espace et au temps.
Le regardeur traverse l’espace mental de l’artiste qui produit dans le champ des formes l’espace mental du fugueur. Chaque visiteur rejoint ainsi son espace propre de pensées/de visions.

Plus que la critique sociale du tourisme et des pouvoirs médicaux et militaires, cette exposition met au jour des "images mentales" en déplaçant la vision du regardeur du côté d’une expérience d’hypnose et peut-être transporte la perception au Pays de la quatrième dimension.



« Pathological Tourism »
Johan Furåker
in site de l’artiste

Gaston de Pawlowski
Voyage au pays de la quatrième dimension
Éditions Images Modernes, 2004.

Rudy Rucker
La quatrième dimension
Éditions du Seuil, Points, 1985.

Ian Hacking,
Les Fous voyageurs,
Éditions Les Empêcheurs de penser en rond / Seuil, 2002.
En ligne en anglais : Mad Travelers

Dennis Adams, SPILL, film 2009. Collection FRAC Aquitaine.
Albert Dadas est cité par Dennis Adams au début du film, séquences Hôpital saint André.
Cf. « "Hide and Seek” dans un verre de vin rouge »12 octobre 2009 (note 3)

Marie-Haude Caraës et Nicole Marchand-Zanartu
Images de pensée
Éditions de la Réunion des musées nationaux, 2011.
Cf. « une lecture de Les coraux de Darwin d’Horst Bredekamp, aux éditions Les presses du réel avec une sculpture d’Anne-Marie Durou ». Darwin dont la première image de pensée de la théorie de l’évolution est présentée dans l’ouvrage de Marie-Haude Caraës et Nicole Marchand-Zanartu, page 30.

Lectures in progress :

Henri Bergson, Écrits philosophiques, PUF, 2011.

Blaise Cendrars, Partir, Gallimard, Quarto, 2011.



Conférence à venir, au CAPC le 23 mars>http://www.capc-bordeaux.fr/agenda/andre-leblanc-john-menick] :

André Leblanc et John Menick
« Albert Dadas : le premier voyageur aliéné » suivi du film « Paris Syndrome », 2010.





Sources des citations en lettres capitales de couleur verte (de haut en bas)
 :

Images de pensée, livre cité. Jean Lauxerois, « Éloge de l’imagination graphique », p. 121.

Victor Hugo, « Anvers, Lettre du 22 août 1837, 4 heures du soir ».

Ian Hacking, Mad Travelers, Harvard University Press, 2002. « Albert observed june 1886- february 1887 », p. 161.

Catherine Pomparat - 19 mars 2011