Dessins pré-textes (3)

1. Table de travail [6-9 avril 2011]

Il y a des milliers de tables de travail.

Dans le négatif quelque chose martèle, quelque chose tenaille, quelque chose chignole et quelque chose rabote. Seules les pièces travaillées par le marteau, la tenaille, le vilebrequin et la varlope prennent un sens.

Dans une certaine mesure ma table est un établi.

Il n’y a que des manières de table.

2. L’attirance [12-15 avril 2011]

Il y a une quantité d’espaces affines.

Dans la géométrie d’un miroir nocturne quelque chose scintille, quelque chose enchante,
quelque chose séduit et quelque chose attire. Seules les portions de matière travaillées par l’éclat, l’enchantement, la séduction et l’attirance mettent en mouvement trois points non alignés.

Dans une certaine mesure l’attirance n’est pas d’ici.

Il n’y a que des affinités électives.

3. Monde invisible [18-20 avril 2011]

Il y a un dessin pluricellulaire sur fond noir.

Dans la fluidité du langage quelque chose divise, quelque chose reproduit, quelque chose multiplie et quelque chose rompt. Seules les cellules exposées à la division, à la reproduction, à la multiplication et à la rupture unissent le silence et la parole.

Dans une certaine mesure le monde est invisible.

Il n’y a que des petites chambres.

4. Marcel Duchamp de profil [23-27 avril 2011]

Il y a le profil d’une ombre.

Dans un coin du carré quelque chose embaume, quelque chose pue, quelque chose parfume et quelque chose sent. Seuls l’arôme, le relent, le parfum et l’odeur entre la pointe du nez et le trou de la bouche s’épousent par infra mince.

Dans une certaine mesure Marcel Duchamp a du nez.

Il n’y a que des porteurs d’ombre.

5. Un escargot pointilleux [30 avril-2 mai 2011]

Il y a toutes sortes de points de détail.

Dans le monde noir de la cagouille quelque chose désigne, quelque chose renvoie, quelque chose dispose dans l’espace et quelque chose situe dans le temps. Seuls les pronoms, les adjectifs démonstratifs et possessifs, les adverbes de lieu et les adverbes de temps brillent en séchant.

Dans une certaine mesure plus l’escargot pointille ici, là et maintenant, plus il bave.

Il n’y a que des baves d’orgueil.

6. L’envol [5-7 mai 2011]

Il y a les aléas de la lumière.

Dans l’obscurité de la matière, quelque chose troue, quelque chose flotte, quelque chose clignote et quelque chose imagine. Seules les activités de trouée, de flottaison, de clin d’œil et d’imagination emportent avec elles la pesanteur.

Dans une certaine mesure plus l’élan est vif, moins le corps est saisissable.

Il n’y a que l’envol d’une luciole.

Catherine Pomparat , Laurence Skivée - 10 mai 2011