Walter Benjamin, vie matérielle d’une écriture

C’est la vie matérielle d’une écriture et d’une pensée ! C’est bien de cela dont il est question dans le magnifique Walter Benjamin. Archives qui vient de paraitre aux éditions Klincksieck.

L’actualité Benjamin est dense. Fabula avait rappelé quelques publications récentes. Ce volume est particulièrement important pour approfondir la compréhension (presque charnelle) de Benjamin. Non seulement il montre les archives, trouve les articulations visuelles, mais surtout il alimente la compréhension d’une œuvre qui lie et lit les archives, établit des correspondances, des chocs, et finalement ouvre des perspectives inédites.

Le mode de travail de Benjamin est marqué par les techniques de l’archivage, de la collecte et de la fabrication. Extraire, transférer, découper, monter, coller, pourvoir d’un sigle ou opérer un tri semblent chez lui des activités d’écrivain innées. L’inspiration s’enflammait devant l’abondance des matériaux. Images, documents et perceptions livraient leur secret au regard en profondeur. Benjamin s’intéressait à l’à-côté. Il aimait la pensée sur les marges pour pénétrer de là jusqu’au milieu ; il employait volontiers le terme « architectural ». Sa capacité d’immersion et d’ouverture aux associations lui faisait découvrir l’essentiel dans le détail. Les fragments s’articulaient les uns aux autres en une formation nouvelle, dont le chercheur faisait quelque chose d’inimitable. (p. 13)

Formidable paragraphe extrait de la préface d’Erdmut Wizila qui résume ici la pensée benjaminienne et l’esprit du livre. Comment mettre en tension dialectique le désordre et tracer un sens en mouvement, infini et indisponible à la totalisation, tel est l’enjeu de ce document, ce livre.

Des listes (« Mots d’avant le 27 novembre 1921 », p. 113, par exemple, ou des « motifs » et « leitmotivs » p. 220), aux plans (comme « A propos des Affinités électives » p. 229), des formules aux réflexions, c’est tout l’univers benjaminien qui bouillonne dans ce livre.

Une attention particulière à l’enfance éclaire le siècle : des mots du fils Stefan listés avec attention aux réflexions sur les jouets, le portrait en creux de Benjamin montre une attention ouverte et large au monde par ces fragments minuscules du réel.

L’édition est particulièrement riche en reproduction de manuscrits, d’images consultées, objets de mille réflexions benjaminiennes. Edité par les Archives Walter Benjamin, Philippe Ivernel en assure la traduction tandis que Florent Perrier a couvert la responsabilité scientifique de cette édition, occasion de rappeler le dossier JM Palmier sur remue.net et son Benjamin.

Mais ce livre est également l’occasion d’autres rendez-vous. Edité par Klincksieck avec le Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme (MAHJ), ce livre appelle de multiples prolongements avec le MAHJ : une exposition, des conférences, des journées d’étude, des rendez-vous cinématographiques.

Programme complet sur le site du MAHJ ou à télécharger ci-dessous.

PDF - 763.9 ko

Florent Perrier, conseiller scientifique de ce programme au MAHJ a également conçu le dernier volume des Cahiers Charles Fourier, numéro 21 (décembre 2010) portant sur « Walter Benjamin lecteur de Charles Fourier ».

Dès 1933, Walter Benjamin trouve dans les écrits de Charles Fourier et de ses exégètes les motifs d’une surprenante radicalité politique tournée vers l’utopie et l’émancipation. De Paris, capitale du XIXe siècle aux thèses sur le concept d’histoire, Fourier tient ainsi un rôle stratégique pour dire le refus de toute abdication face à l’ordre dominant, la lutte constamment menée pour un monde autre.

En quatrième de couverture de ce Cahier Fourier Florent Perrier écrit :

Cette place méconnue de Fourier dans l’oeuvre du philosophe allemand est ici mise en relief et si, de la « sublime exagération de l’espérance » prêtée à Fourier, Benjamin fit ses armes pour son temps, , c’est à en éprouver le caractère toujours explosif que nous invitent aussi les contributeurs de ce numéro enrichi de traductions inédites de textes de Benjamin et Adorno autour de Fourier.

Sébastien Rongier - 15 septembre 2011