Actualités Gertrude Stein : un livre de Martin Richet et des lectures bilingues proposées par Double Change

Martin Richet est poète et traducteur. Son dernier livre, L’autobiographie
de Gertrude Stein
(Eric Pesty Editeur), est un dialogue avec l’œuvre de Gertrude Stein.

Martin Richet a notamment traduit Charles Bernstein, Gertrude Stein, Robert Creeley, Lyn Hejinian et beaucoup d’autres poètes américains.

Sur remue, Martin Richet a traduit Ted Barrigan, avec une biographie et une bibliographie complètes du poète américain.

Paraît également chez Eric Pesty Editeur Draguer l’évidence de Pascal Poyet, un texte en deux parties : « Démêlés », le livre imprimé, et « prises », le CD qui l’accompagne.





On dirait que vous n’allez jamais vous décider à écrire cette autobiographie.
Savez-vous ce que je vais faire ? Je vais l’écrire pour vous.

Martin Richet.



L’autobiographie de Gertrude Stein de Martin Richet est une suite de poèmes, certains de plusieurs paragraphes, d’autres d’une ligne, dont le sujet est le langage non quand il se regarde et parade dans un miroir mais quand il raconte quelque chose de la pleine lune, des petits chiens et des lapins, du prénom René que quelques pages font grandir d’une syllabe, de W, des roses.

Est-ce qu’une petite chose compte.
0h30
2h20
4h21
6h45
7h45
8h31.
Fin. Fin prête.
Elle compte les feuilles.
Tilleuls et peupliers.
C’est qu’il est difficile d’être vu.
Quand un torrent fait du bruit.
Un fleuve scinde l’eau comme il le faut ?
Les roses s’ouvrent. Lune qu’on voit en plein jour.
Lys qu’on évide aisément, pourquoi. Pourquoi pas.
Arrêtez. C’est un choix.

Certains poèmes avancent de concert avec la grammaire qui anime ces méditations du monde, par exemple

Elle dit.
Elle dit.

Je
suis
satisfaite.

Complètement.

Je
suis
complètement
satisfaite.

Au milieu.

À lire L’autobiographie de Gertrude Stein, l’impression demeure de se tenir dans un lieu d’ombrage et de fraîcheur, au bord d’un étang que chaque poème vient rider d’une image concentrique où se reflètent êtres et choses.


La revue Double Change et la galerie éof vous invitent le jeudi 20 octobre à une lecture autour de Gertrude Stein dans le cadre du colloque « Gertrude Stein et les arts ».

Charles Bernstein, Joan Retallack, Thalia Field et Abigail Lang, Jean-Marie Gleize et Martin Richet liront des textes de Gertrude Stein ainsi que des textes qu’ils ont écrits après ou d’après Stein.
Martin Richet et Françoise de Laroque traduiront Charles Bernstein et Joan
Retallack.

Une vidéo d’extraits de la pièce Faust ou la fête électrique, mise en
scène par Alexis Forestier et la troupe des endimanchés au théâtre
Paris-Villette (2004), sera projetée.

Jeudi 20 octobre
19h30 à la galerie éof
15 rue Saint-Fiacre
75002 Paris
(M° Grands Boulevards)

Lecture bilingue. Entrée libre.

Dominique Dussidour - 17 octobre 2011