Soutien à publie.net et François Bon

Gallimard demande des dédommagements à publie.net pour 22 exemplaires téléchargés d’une nouvelle traduction de Le Vieil Homme et la mer.

Nous l’apprenons dans cet article du Tiers Livre :
Gallimard versus publie.net.

François Bon y rappelle quelques faits notables :

« Rappelons que les États-Unis, sous la pression des éditeurs européens, viennent d’adopter une loi selon laquelle la durée du domaine public dans le pays d’origine doit s’appliquer au pays de diffusion.

Traduire Le Vieil Homme et la mer était pour moi un projet ancien, avec des souvenirs venus d’une enfance dans un recoin pauvre, le littoral vendéen à l’Aiguillon-sur-Mer, ses ostréiculteurs, le travail sur la digue où j’accompagnais mon père et mon grand-père. Parler lent, parler rare, épreuve continue des éléments de nature.

La traduction proposée par Gallimard depuis 1954 est due au futur académicien Jean Dutourd. Elle s’établit selon les canons d’époque, faisant parler le pêcheur comme doit parler selon la littérature un illettré de Cuba. J’ajoute que cette traduction n’est pas disponible au format numérique.

J’ai préféré la vieille leçon de Maurice-Edgar Coindreau, premier traducteur de Faulkner, qui disait s’être souvenu du parler vendéen pour entrer dans Faulkner.

J’ai mis en ligne la semaine dernière ma propre traduction de Le Vieil Homme et la mer. Vingt-deux exemplaires exactement en ont été téléchargés. »

François Bon y déclare sa fatigue, pense à arrêter l’aventure publie.net - lieu de création et de découvertes littéraires essentielles, depuis plusieurs années déjà, et, on l’espère et le souhaite, pour encore longtemps.

Remue.net déclare son soutien à publie.net, vous encourage à signer cette pétition initiée par Laurent Margantin ; à lire ces autres réactions, déjà nombreuses, sur le web : celle de Claro sur son blog ; L’Express résume l’affaire ... les soutiens se multiplient aussi sur twitter.

Lire aussi le blog de Hubert Guillaud.

17 février 2012