Ton secret, on le voit toujours sur ton visage

Ton secret, on le voit toujours sur ton visage et dans ton oeil. Perds le visage. Deviens capable d’aimer sans souvenir, sans fantasme et sans interprétation, sans faire le point. Qu’il y ait seulement des flux, qui tantôt tarissent, se glacent ou débordent, tantôt se conjuguent ou s’écartent.

Gilles Deleuze, Dialogues.

29 avril 2012