la ponctuation, l’encrier, la lumière

quelques poèmes plus tard, ce sont seize poèmes où Michaël Glück raconte une journée habitée par la poésie, c’est-à-dire une certaine façon de sentir le poème à portée de corps et de monde, et autour d’eux et de soi la ponctuation, l’encrier, la lumière, les centrales nucléaires, la nuit, le rêve, les paupières, ceux avec qui on vit, une journée au cours de laquelle on essaie de se tenir aussi droit que les mots.

quelques poèmes plus tard a paru en juin 2012 chez pré#carré/hervé bougel dans la collection « Poésie carrée », selon le format du livret cousu main.

Pour recevoir quatre de ces livrets (un à chaque saison), il faut adresser 25 euros à pré#carré, 52 quai Perrière, 38000 Grenoble, 40 euros si l’on souhaite abonner un ami.






1.

tient debout tient
dans la verticale
des jours

tient d’une horizontale
à l’autre

se lève se dresse se redresse
va jusqu’à
s’épuise et se couche
s’étend s’endort

quelques pas
entre matin et soir

le temps d’un chant

Dominique Dussidour - 26 juillet 2012