Henry Bauchau

Henry Bauchau sur remue.net

La nouvelle, tombée ce matin, m’a cisaillée.
Je viens d’écrire ces mauvais vers que, j’espère, il me pardonnera d’avoir commis... Avec, photographiés à la hâte, des poèmes envoyés après le décès de son fils Baudouin, et qui sont toujours affichés dans mon bureau. Un premier mouvement d’hommage. Des mots venus en désordre soudain qu’il faudra effacer pour redire l’importance de l’oeuvre. A plusieurs voix.

Dans la douleur des corps
Il est difficile de se soutenir
Autrefois revient
Un escalier, le jardin puissant
Aux odeurs mi-divines
Papillons et chenilles égarées
Et puis quoi,
Je n’ai jamais rien su
Du don du poème
Rien lui disais-je
Et de rire, à la table du goûter
Vous allez nous manquer
Vous allez nous manquer
Surtout ne pas pleurer
Vivre, et dans les interstices
Introduire les questions
Papiers dans les échardes du plancher
Vous allez nous manquer
Henry

Y.S. Limet - 21 septembre 2012