Mario Meléndez | poèmes

UN DÍA VOLVERÉ A TUS OJOS

Un día volveré a tus ojos
y comenzaré de nuevo
volveré con un sonido hueco de metal
y sol mojado
buscaré entre los papeles del tiempo
tu cuerpo verde y tus cabellos de uva
te coronaré en silencio con mi boca
y con mis manos que no terminan
Volveré por ti y por tu sangre estrellada
viendo pasar la tarde como una sombra antigua
algo se romperá allá arriba y no seremos nosotros
algo se quemará de pronto con el eco de tus sábanas
Y volveré más vivo, más puro, más hambriento
y volveré volando y desgarrando plumas
todo lo haré por ti, todo en silencio
que hasta los gallos prolongarán la noche
cuando te vean desnuda


Un jour je reviendrai vers tes yeux
(Traduction : Nicole Pottier)

Un jour je reviendrai vers tes yeux
je recommencerai
je reviendrai avec un son creux de métal
et de soleil mouillé
je chercherai entre les papiers du temps
ton corps vert et tes cheveux de raisins
je te couronnerai en silence avec ma bouche
avec mes mains qui ne terminent pas
Je reviendrai pour toi et pour ton sang étoilé
regardant passer l’après-midi comme une ombre ancienne
quelque chose se brisera là-haut et nous ne serons pas nous
quelque chose brûlera soudainement dans l’écho de tes draps
Et je reviendrai plus vivant, plus pur, plus affamé
et je reviendrai en volant et en déchirant les plumes
je ferai tout pour toi, tout en silence
jusqu’aux coqs qui prolongeront la nuit
lorsqu’ils te verront nue



QUIÉN ESCRIBIRÁ ESTE DOLOR

Quién escribirá este dolor
Quién destapará los gritos enumerándolos
Quién se atreverá a hacerlo
Porque si nadie se ofrece
yo estoy dispuesto a correr el riesgo
Pero qué puedo decir
si hay tanto de qué hablar
son tantos los rostros que jamás amanecieron
tantos los ojos rotos
Esa mujer me pregunta si lo he visto
ese anciano me pregunta si lo he visto
Y yo, qué puedo decir
si me veo en una calle, herido
si me veo en el fondo del mar
o en una fosa o torturado o suplicando
qué puedo decir
si estoy bajo la tierra y me desmigo
Que sea otro quien escriba este dolor
que sea otro el que se vista de negro
el que corte las flores
el que enloquezca
yo solamente enterraré a los muertos


Qui écrira cette douleur
(Traduction : Nicole Pottier)

Qui écrira cette douleur
Qui dévoilera les cris en les énumérant
Qui osera le faire
Car si personne ne s’offre
je suis prêt à courir le risque
Mais que puis-je dire
s’il y a tant à parler
si nombreux sont les visages qui jamais ne virent le jour
tout comme les yeux brisés
Cette femme me demande si j’ai vu ceci
ce vieillard me demande si j’ai vu cela
Et moi que puis-je dire
si je me vois blessé dans une rue
si je me vois au fond de la mer
ou dans une tombe ou torturé ou suppliant
que puis-je dire
si je suis sous terre et que je m’émiette
Que quelqu’un d’autre écrive cette douleur
que quelqu’un d’autre se vête de noir
celui qui coupera les fleurs
celui qui deviendra fou
je ne ferai qu’enterrer les morts



LA HIJA DE RIMBAUD


La niña del vestido abierto
se levanta a la hora
en que las palabras están de fiesta
porque ella misma es una fiesta
cuando tiende sus muslos al sol
y el viento la recorre
con sus dedos infinitos
Un triciclo de cristal la espera
junto a las flores del patio
y un nido de mariposas ciegas
se desnuda entre sus huesos de miel
Y en su lecho de plumas azules
ella cuelga sus trenzas de trigo
y cuenta sus abejas muertas
hasta quedarse dormida
mientras la tarde la envuelve
con sus labios amarillos
La niña del vestido abierto
se despierta a la hora
en que los relojes sueñan
porque ella misma es un sueño
cuando abre su vestido
y los gorriones se amontonan
locos de amor
sobre sus pechos de papel


La fille de Rimbaud
(Traduction : Nicole Pottier)

L’enfant à la robe entrouverte
se lève à l’heure
où les paroles sont des mots de fête
car elle même est une fête
quand elle repose les cuisses au sol
et que le vent la parcourt
de ses doigts infinis
Un tricycle de cristal l’attend
réuni aux fleurs du patio
et un nid de papillons aveugles
se dénude entre ses os de miel
et dans son lit de plumes bleues
elle suspend ses tresses de blé
et se raconte à elle même
ses abeilles mortes
jusqu’à ce quelle s’endorme
tandis que l’après-midi l’enveloppe
de ses lèvres jaunes
La petite à la robe entrouverte
s’éveille à l’heure
où les horloges rêvent
parce qu’elle même est un songe
quand bâillent ses vêtements
et que les moineaux s’assemblent
fous d’amour
sur sa poitrine de papier



Mario Mélendez est né au Chili en 1971. Biographie, en espagnol, ici.

27 octobre 2012