Stéphane Korvin | Bal en tête

Stéphane Korvin est l’auteur d’un premier livre percolamour, paru aux éditions Isabelle Sauvage en novembre 2012. Il collabore à plusieurs revues (Coaltar, Secousse, A verse, D’ici là, Libr-critique).
Bal en tête est un texte écrit autour des photographies d’Antoine d’Agata actuellement exposées au BAL à Paris.
Pour visiter son site www.korvin.fr










49. Bal en tête


Lui seul qui
luit seul
avec sa vie


et le corps projeté
elle aussi qui bruises


toute ligne par contagion devient un corps par contagion devient
un corps, un récit charnel de la contusion


matrice aveugle où l’oubli nous éclaire par ses positions
inaccoutumées


chambre inoccupée, ici le sol touche une matière de ciel
mis à bas


coudre autant de corps sur les bords flous
revenir des fleuves gonflé de lumière catastrophique
pour quoi luire ?








Ces photographies : tout un manège ou œuvrant pour une vision
desquamée du manège


Antoine d’Agata Nan Goldin


à quelques mots près la photographie en restait là
à jamais silencieuse et encadrée



photographies-martèlement
le temps des outils de précision est terminé


on ne vise plus la précision
on vise


ma tierce
matière et concoctions


Ce sont les corps qui transmettent l’espace
le texte transmue










Nous
nous visons les corps
nous induisons l’espace
nus
une literie sensorielle


nus pris en intercalaires et rendus à la série désoeuvrée toujours
en cours de, à court de


(ce qu’ils comportent de fêlures et d’introductions, de débuts
d’incendies)


le temps et son expérimentation de l’espace


dans un tiroir à double fond, marqueterie sertie de – je n’ai pas
la clef – je peine à défoncer la porte
bouches ouvertes


cherchant là où l’espoir aurait encore à danser
dos à l’escalier, sur le tapis-mousse
murs à ampoules rondes et robes déchirées


Les portes claquent
cela n’arrive absolument pas avec la surface de l’image
mais par cette présence qui vient de se retourner.

21 mars 2013