5 lecturottes de 4 lignes de

5 “lecturottes”* de 4 lignes de

Bruno Fern || Grumeaux n°2

*“lecturottes” en connivence avec

Toute l’écriture est de la cochonnerie

« 1 ligne » de Bruno Fern

publiée dans la revue remue.net Printemps 2013

Bruno Fern a publié

Des Figures, éditions de L’Attente en 2011,

Cabine double, éditions Ragages, 2009

Cheval porteur, publie.net, 2008
111 points de contrôle, éditions Voix, 2007

en revues : Le Mâche-Laurier, Petite, Action Poétique, Rehauts, N 4728, Boudoir, L’Animal, Fusées

en ligne : sitaudis, remue.net, poezibao, HAPAX magazine, les cahiers de Benjy, libre-critique, runbook, Grumeaux.

Trois numéros à ce jour de la revue GRUMEAUX fondée par Yoann Thommerel

qui vient par ailleurs de publier TRAFIC aux éditions Les petits matins

Image ci-dessus : pin’s distribués au public par Yoann Thommerel pour une écoute personnalisée de sa lecture d’un extrait de TRAFIC
dans la Halle des Chartrons le samedi 16 mars 2013 à Bordeaux
[ph. CP]



Chaque mot dans la figure

en sait long sur le cercle vicieux

et ne le dit pas

Herta Müller

Tout est possible dans le pétrin où ma “frase” est tombée ce matin Mais la pâte me colle à la main Elle est prête quand je palpe des doigts et que ça ne colle pas Je tente un petit mix en préambule sans grumeaux Pas possible Je fais le pétrissage à la main du numéro deux L’Impossible Le levain tout point plonge Mallarmé Apollinaire Prigent Villon entre les pages 145-165 Le poème ensemencé de 17 noms décharge des strophes en catastrophe [pour dissoudre le levain on peut dire délayer ou décharger] initiées à la lettre et/ou à la syllabe des mots de la ligne levée

Le levain imprègne la pâte « A | noir en apparat dès l’attaque » Herta Müller cherche un mouchoir Je trouve l’handkerchief dans l’escalier C’est celui de PastIor [du latin Pastor + I D’I keckchose ] en train de garder un mot qui en sait long sur BATISTÀ [rien à voir avec Cuba] Effet d’inanité sonore une vieille mère russe donne un oscar blanc à Oskar Le mot joue du sens figuré De l’entrée du Pont-Euxin au Trou | à rat daté de rien Pline l’Ancien fait figure de malin Ce savant là c’est moi qui le rajoute à cause de la Chalcédoine à pas confondre avec l’Onyx

Bibi fricote avec Fricotin c’est pas bien Filochard s’effiloche c’est moche Ribouldingue déboule sans savoir que faire de tous ces mots qui traînent par terre C’est pourtant pas Sonnet en X aller puiser cette eau du Styx Croquignol prend sa torgnole ça fait belle lurette qu’il a rien dans la tête qu’il a un air tristounet avec sa Chanson du mal-aimé Que « DEAU » que « DEAU » lui dit Léautaud qui se prend pour Mac Mahon à chair à canon à femmes faiseur de "marrons " [en boulange on dit aussi "marrons " pour Grumeaux.] ―Fais pas le comte le maréchal !... j’ai mal à mon obus ce matin [image jpg 01 disjointe]

Il appert un souffle de l’expérience de la troisième ligne La capacité d’expression de l’animal qui parle c’est à la fois du contenu et du contenant « TROMpe l’œil et le bon le relief du phrasé » Zé les péPETTES de recopier comme ça tout ce qui me traverse les mirettes À quoi ça RINE à RIN on le sait bien C’est la manifestation de la réaffirmation que la communauté des femmes ―et des hommes― est inévitable Et parfois même iNIVEtable pendant les fêtes du côté de baba a a a a de yoyo o o o o de Bayonne e e e e Objet transitionnel J’irai revoir ma Normandie

Quand de la chair que trop avons nourrie pas de ptyx heureux pour la fillette de Lisieux pas de pitié du côté du clergé & bourgeois même combat Dieu en aura plutôt de vous merci d’avoir pris un air ahuri tant de mots bénis oui oui jetés à la figure des insoumis  Pauvres voilà bien ce que nous sommes deveNUS/ mais on l’était déjà/ YA que des riches pour penser ça  Avec le mouchoir en papier on a plus qu’un mot à jeter Les humiliations supplémentaires n’ont plus qu’à se taire Rétrospective peut être encore quand c’est du papier recyclé la dernière goutte d’inouï là et ici 4 lignes ça remplit bien MERcis plein

Catherine Pomparat - 24 mars 2013