Fondane sous l’occupation

Le numéro 8 des cahiers Benjamin Fondane
Fondane sous l’occupation :
Fondane, Desnos, Sernet - Fondane et Brancusi

N’est-il rien qui pût nous apaiser ?
un peu de neige aux lèvres des étoiles,
un peu de mort donnée en un baiser ?

Moi-même dans tout ça - Qui donc - moi-même ?
Fondane (Benjamin) Navigateur-
Il traverse à pied, pays, poèmes,

le tourbillon énorme d’hommes morts
penchés sur leur journal. La fin du monde
le retrouva, assis, dans le vieux port*-
jouant aux sorts*

Regarde-toi, Fondane Benjamin-
dans une glace. Les paupières lourdes.
Un homme parmi d’autres. Mort de faim.

* Fondane hésitait entre les deux versions.

Cet autoportrait de 1943 figure dans le manuscrit du Mal des fantômes (Bibliothèque Jacques Doucet).
in Cahiers Fondane n° 7, 2004

Pour son huitième numéro, la revue dirigée par Monique Jutrin propose comme à l’accoutumée un très riche sommaire dans lequel on croisera Desnos, Sernet, Brancusi, mais aussi Levinas,et où l’on s’interrogera sur la postérité critique de Fondane : Bataille, Blanchot, Bonnefoy (texte en ligne).