Pierre Drogi | mémoire matière

Le cycle des Animales, à paraître aux éditions Le clou dans le fer, comporte une section baptisée « Hassana et l’ouvrier d’Yport » dont on trouvera ici le prolongement, dévié ou diffracté par l’hypothèse que le texte pourrait s’écrire de lui-même, en quelque sorte par-delà les limites du livre, dans cette sorte d’apesanteur ou de gratuité de ce qui vient quand on croyait en avoir fini avec quelque chose.

De fait, c’est dans l’esprit du lecteur que l’hypothèse trouvera infirmation ou confirmation. Car c’est, au fait, là que s’écrit ou se prononce une parole.

Ce cycle a à voir avec les usages pernicieux de la langue, avec les représentations discriminantes que celle-ci génère. Il s’essaie, en somme, à chercher dans la mémoire, en particulier des visages et des noms, cette matière pourtant impalpable, de souffle, qui permet de continuer à vivre.
Peut-être stupidement ? utopiquement, il sera question ici d’une fraternité concrète.




Pierre Drogi







mémoire matière






1

la pluie l’existence le cri
les visages emmédusés
et des nuages émiettés brouillons en flammes
sur deux hauteurs béantement séparées bourgeonnantes
en deux cercles successives progressives remplacées solidaires et disjointes
de gris nombreux de bleus nombreux




2

la pluie la pluie insistante
battant portes
perforant flaques

et par couples de grues
mais mouettes erratiques
trompées
et soûles …




3

à la cigogne aveugle (borgne)
dieu fait son nid .




4

ce qui n’a pas de valeur c’est cela qui tient écho mais sans lumières
brûler ici s’intercale comme un jour entier : Hassen et Hassana, Jérémie,
Mehdi, Sabine, Carole, Catherine...
– Bouchra – Selma –
cerclé dans les roseaux caché dans les feuilles – à attendre
l’accès de la violence aveugle dans la cendre douce et sourde « je le savais par le sentiment je le savais »
trouver à qui ils parlent trouver à qui parler ils traiteront la lune ils lui troueront la face
face à l’île aux chevaux parmi les papillons dressés (tiens-toi droit !)
par la faute le forfait des haruspices
pour faire nouvelle serrure voir à travers
bonne mesure
incertaine fortune
et à rance (et maigre) pitance
chière lie





(entre les 2 eaux) (entre les ponts) (cent arches)

flottement
encapuchonné
criard /
de mue incertaine
l’être façon plâtre
collection de blaireaux
et de cuistres .



… excite la crapulerie
mali(g)ne
porte-monnaie de hargne,
feutrine, en sautoir .









opaque aveuglant




tout d’attention (encore)
rouillée dans l’épaisseur

se partageant des pommes mais sans effroi

la mésange ne voit pas le verre épandu partout aveugle






une biche blanche craintive une biche qui s’effraie myope et un cerf écorné
se partageant des pommes ruades et danse
longuement mains au dos sans effroi renardement encore
dans les herbes et le sous-bois et cinq en bonds (fuyant)








c’est entendu nous n’y toucherons pas .

_



retranché retiré salamandre…


à seule fin
de nous
précipiter

/ des mouches bourdonnantes
pour leur compte /
– malgré l’herbe
coupée

je cherche la voix dans les feuilles froides
le nez dans les genévriers ,


spirit of (Spritz) le nageur
à sa décharge

bénévole
bouchon
déjà
goutte à goutte
croqués molosse sous le lit
– regarde…

« et les pays qui le
– goudron –
feront ce qu’il
– pneu – » .




Pour retrouver mémoire matière dans la mise en page voulue exactement par l’auteur, télécharger le texte :

PDF - 36.2 ko
Pierre Drogi | mémoire matière



D’autres épisodes du même ensemble, Animales, ont paru en feuilleton sur Poezibao. On trouvera la section « Hassana et l’ouvrier d’Yport » dont mémoire matière est le prolongement aux épisodes 6, 7, 8 et 9 de ce feuilleton.
Animales suivi de Suite azyme & Porte-lune vient de paraître aux éditions Le Clou dans le fer.

De Pierre Drogi nous avons publié :

- ombre attachée, un poème en dix séquences ;

- sa traduction des Ravisements et de Une leçon de poésie de Nichita Stănescu.

Laurent Grisel - 17 juin 2013