D’abstraites fureurs

J’étais, cet hiver-là, en proie à d’abstraites fureurs. Lesquelles ? Je ne le dirai pas, car ce n’est point là ce que j’entreprends de conter. Mais il faut que je dise qu’elles étaient abstraites, et non point héroïques ni vives ; des fureurs, en quelque sorte, causées par la perte du genre humain.





Elio Vittorini dans Conversation en Sicile, ed. Gallimard, L’imaginaire.

Fabienne Swiatly - 19 mai 2013