Auteurs

Lieux

Emmanuel Delabranche, je voudrais une ville

Un PechaKucha présenté lors de la soirée La ville, terrain de je/u
Jeudi 21 mars 2013 à 19h30
au Centre Cerise

Cliquez ici pour commencer ou pour faire défiler plus vite

je voudrais une ville

je voudrais une ville (forêt) clairières comprises
je voudrais une ville (arbre) comme en mouvement
je voudrais une ville (écorce) dressée en dedans
je voudrais une ville (racines) tendue et souple
je voudrais une ville comme les temps

je voudrais une ville (feu) une ville (cent)
je voudrais une ville (toile) une ville (voile)
je voudrais une ville (étendue) ville (perdue)
je voudrais une ville (abri) ville (de plis)
je voudrais une ville comme on oublie

je voudrais (une ville trésor palissades dressées) (ville interdite) (homme adossé)

je voudrais (une ville iris rose tulipe parterre jeté) (une ville d’acier)
on barrière / on ligne blanche / on palissade / on planche
on interdit / on défense / on sauf / on poursuit / on antre

je voudrais (une ville mots) je voudrais (une ville cris)
je voudrais (une ville ombres) je voudrais (une ville pieuvre)
je voudrais (une ville taire) je voudrais (une ville œuvre)
je voudrais (une ville mer) (un monde à refaire)
je voudrais (un horizon) on ne fait que le défaire

(on 2016 on navarre on surface on rer) je voudrais une ville poétique
(on lescot on livraisons on voiries on ne sait que fer) je voudrais une ville numérique
(on lettres on couleurs on bandes on plaques) je voudrais une ville musique
(on jaune on vert on noir on bleu pour plaire) une ville plastique

je voudrais
une ville sans nom (une ville fuite)
(une ville sans histoire) je voudrais
une ville en fuite

je voudrais
une ville comme un don (une ville de passages)
(une ville espoir)

tel
un message

je voudrais une ville sans rêve sans cauchemar
je voudrais une ville sans parc sans fleur sans place
une ville sans jeu sans joie
je voudrais une ville juste juste une ville et toi
on challenge on vendeur
on alexandre on jules
mais pour quoi et pour qui se prend-on tas d’empereurs rien ici de bon

je voudrais une ville noire une ville sombre une ville ombres
je voudrais une ville d’écailles de fenêtres une ville mailles
à l’envers
à l’endroit
je voudrais une ville tissée liée filée je voudrais
une ville de reflets miroir beau miroir
fissuré

on cadre on reflète on referme on replie
on taille on coupe on chanfreine
on palissade encore on érige le fer
la ville saigne

plaie en son cœur sur le sol même
je voudrais une ville désert sable venu cimes et terre
les morts recouverts pierres étendues

à nos fins parvenus

je voudrais une ville

je voudrais une ville modèle vie parfaite les gens qui s’apprêtent
je voudrais une ville en shorts ville sans travail vacance urbaine
je voudrais une ville ensoleillée l’air décontracté sourires partagés
je voudrais une ville en fleurs sol lavé lessivé tout clean et propret
seules ombres portées ? celles de nos corps élancées
je voudrais une ville contrariée

on marche sans avancer avance sans progresser
une ville sans savoir où aller

on se tient s’accouple s’écarte se retrouve
une ville sans savoir à qui donner

je voudrais une ville noire grise rouge une ville colorée
ville short cuts ville matricée


vous suivez ?

je voudrais une ville foule (rer bondé)
je voudrais une ville bruit (encombrée)
je voudrais une ville sale (grèves répétées)
je voudrais une ville (juste ne plus me cacher)


on patauge on flaque on reflète on éclabousse

on bleu on blanc on rouge
je voudrais une ville (une ville étrangère poings fermés)
une ville rouge

on pendule on église on végète on déambule
une ville neuve peut-être
une ville de misère sûr
une ville retraite

on intéresse on place on spécule
une ville finances investissements
je voudrais cette ville-là vraiment
et la révolte des hommes pliés à terre
les épaules n’en pouvant plus
enfin
se relevant

je voudrais (une ville murée)
je voudrais (une ville oculaire)
je voudrais (une ville cernée)
(une ville ouvrière)
je voudrais (une ville isolée)
(aux traces de fer aux traces de lumière)

je voudrais (une ville enseigne et plus rien à vendre derrière)
(une ville fermée)

je voudrais une île (pour être clair)

je voudrais une ville (une ville perdue)

je voudrais une ville (une ville forêt)
je voudrais une ville (une ville falaise)
(au moins une fois une ville en guerre)
je voudrais une vie
à reprendre ce qu’on nous enlève
et qui on abandonne derrière
une ville

pour qu’on se relève

je voudrais une ville (utopie en tête)
je voudrais une ville (couleurs en tête)
je voudrais une ville (lumière en tête)
je voudrais une ville (abstraite)
je voudrais (ne rien posséder)
je voudrais (tout partager)
je voudrais mais vous (qu’est-ce que vous voulez)

je voudrais une ville
portes refermées rideaux baissés volets clos silencieuse et muette éteinte comme le jour la nuit
une ville abandonnée
je voudrais une ville
logements offerts dressés dans l’air tours blanches éblouissantes chacun à loger au balcon comme on regarde l’horizon étiré

je voudrais une ville sans nom sans leurre sans honte
une ville sans slogan publicitaire une ville usée neuve à refaire une ville

je voudrais une ville dont personne ne veut plus dont personne n’a que faire
je voudrais une ville
communautaire

terrain de jeu
enjeu
jeu que je voue

je voudrais
je voudrais une ville
je voudrais une ville terrain de soi chantier de nous
une ville à vivre terrain fertile
une ville debout

(à jouer on ne fera toujours que perdre)

à vous

29 juin 2013
Suivez-nous : RSS Twitter FB
Toutes les résidences en cours
Dossiers thématiques ->