Christophe Grossi | spamophilie : tout doit disparaître

Cette image, je l’ai prise début janvier 2014. Passant devant ce petit parc, j’ai vu ce banc déserté. Puis, après quelques pas, j’ai fait demi-tour, j’ai attendu quelques instants. Et j’ai pris cette image. Un peu inquiet, un peu terrifié. Et plus tard, un peu amusé me rendant compte que l’image (celle vue, celle prise) était une surface de projection. Ce qui avait vacillé en moi était l’idée de la disparition. Parce que j’ai toujours été très ébranlé et inquiété par les chaussures laissées dans la rue, souvent au bord d’un trottoir, par les vêtements étalés dans l’absence des corps sur d’autres trottoirs ou routes des villes. Mais l’on pourrait sans doute envisager d’autres interprétations, d’autres chemins d’imagination...
J’ai donc soumis la photographie autour de moi à différents auteurs avec comme proposition la saisie libre de cette image. Voici donc une variation d’écriture et de lecture.

Sébastien Rongier


Christophe Grossi | spamophilie : tout doit disparaître






Message transféré ----------
De : J. Denver <denver.jnpdm4@gmail.com>
Date : 27 janvier 2014 19:26
Objet : Bonjour,
À :

Bonjour,

Je sais que cette courte note serait certainement venir à vous comme une surprise en raison du fait que nous n’avons eu aucune correspondance antérieure l’un avec l’autre. En dépit de cela, je vous en serai reconnaissante si vous me permettez de vous informer de mon désir d’exécuter une affaire avec vous ce qui sera certainement d’un bénéfice mutuel. Je m’excuse pour cette intrusion, je suis mademoiselle Denver. J’ai dû vous contacter de la sorte parce que je souhaite faire une chose très importante. Cela vous semblera un peu suspect bien vrai que vous ne me connaissez pas et que je ne vous connais pas. Je souffre d’une amnésie chronique qui est en phase avancée, mon médecin traitant vient de m’informer que mes souvenirs sont comptés du fait de mon état de santé dégradé. J’ai contracté cette maladie depuis plus de 4 ans. Je suis célibataire sans les enfants. Avant que l’urgence soit plus rapide que la connaissance actuelle, j’aimerais maintenant faire don de mes biens les plus précieux, surtout tant que je crois qu’ils sont les miens. Je ne sais pas dans quel domaine d’activité vous exercez mais je souhaiterais vous aider à accepter l’aide des autres, les inconnus sont souvent plus importants qu’on le pense pour négocier le virage des jours.
Je possède un pull bleu acheté dans la deuxième démarque des bacs de Monop*** (soldes monstres, tout doit disparaître) et depuis il n’a jamais peluché, un sac en sky blanc salissant mais que je lave avec une éponge, il a beaucoup de poches à fermer dans l’intérieur qui sont très utiles et une boîte à chaussures rouge avec dedans un sac en plastique rose qui vient de la caisse du Monop*** et où il y a quelqu’un qui a imprimé en blanc Achetez des légumes frais même quand vous ne l’êtes plus, il est vide aujourd’hui mais la boîte elle est encore bien solide. Pour l’instant, ces biens sont gardés sur le banc d’un parc classé au sein d’une institution de gardiennage dans une ville où il ne fait pas bon naître, où j’ai pourtant été vivre pendant plus de neuf ans.
Je vous prie d’accepter ce don car il pourrait bien vous être très utile et cela sans rien demander en retour. Ou alors si vous voulez bien les offrir à quelqu’un de votre confiance mutuelle, ma mémoire elle serait comme intacte.
Veuillez me contacter dès que possible si vous êtes d’accord pour mon offre directement par mon mail qui est : denver.jnpdm4@gmail.com car c’est ce mail que je consulte le plus souvent. Je souffre énormément et j’ai très peur, je n’arrive presque pas à dormir la nuit comme la journée car je ne veux pas mourir sans avoir fait don de tout ce que je possède sinon je pense que cela serait un gâchis.

P.S. : Veuillez me laisser votre adresse mail pour plus de discussions.


Christophe Grossi

On retrouve l’ensemble des contributions ici.

2 février 2014