Général Instin présente : Conquête du pays Ugogo (annonce)

Voir les vidéos du festival.

du 30 mai au 8 juin 2014
exposition et performances – littérature, street-art, sons…
performances vendredi 30, samedi 31 mai, jeudi 5, vendredi 6, samedi 7 juin à 20 h ; vernissage samedi 31 mai à 19 h
galerie ouverte tous les jours sauf lundi de 15 h à 19 h
22 bis rue Dénoyez 75020 Paris, métro Belleville
avec + de 30 artistes, et la participation d’élèves du lycée Albert-Camus de Bois-Colombes

en association avec Friches & nous, la Paix, et remue.net

Général Instin (GI) revient prendre d’assaut la rue Dénoyez et son mur dévolu au street-art à Belleville.

Point de départ de l’événement : une œuvre de Vincent Tholomé et Maja Jantar présentée dans la galerie, Conquête du pays Ugogo, carte dessinée retraçant l’exploration d’un pays exotique imaginaire par une bande de soldats qui remontent un fleuve vers sa source pour y disparaître.
Pour cette deuxième édition d’Instin Belleville, écrivains et street-artistes collaborent à la création d’une fresque monumentale sur le mur de la rue Dénoyez, reprise en écho dans la galerie du 22 Bis. Performances, lectures, musiques ponctuent ce joyeux cérémonial. Au total, une trentaine d’artistes sont mobilisés pour fêter la déroute légendaire de leur Général.

programme

Exposition et performances, galerie et mur rue Dénoyez, 30 mai au 8 juin
Delphine Bretesché, Mathieu Brosseau, Marie Decraene, Fapeyla, Alexis Forestier, Maja Jantar, Sunny Jim, Itto Mehdaoui, Jérôme Mesnager, Pedrô !, SP 38, Vincent Tholomé
journal de Benoît Virot
et travaux d’élèves de 1re du lycée Albert-Camus de Bois-Colombes, classe de Sébastien Rongier : Axel Chemin, Chloé Delchini, Thomas Guattari, Mona Hackel, Chloé Linguanotto, Gabriel Santos

Lectures / performances / musique etc. à 20 h
vendredi 30 mai Philippe Aigrain, Olivier Apert, Marlène Jean, Cécile Portier, Lucie Taïeb, David Tuil
samedi 31 mai Philippe Aigrain, Olivier Apert, Maël Guesdon, Marlène Jean, Anthony Poiraudeau, Marie de Quatrebarbes, David Tuil
jeudi 5 juin Séverine Batier, Christophe Caillé, Sylvain Granon, Alice Letumier, Anne Savelli, Joachim Séné
vendredi 6 juin Jean-Philippe Gagnon, Maja Jantar, Christophe Manon, Vincent Tholomé
samedi 7 juin Delphine Bretesché, Juliette Mézenc, Mathilde Roux, Benoît Vincent, Benoît Virot, et avec la Rimbaudmobile de François Massut

festival proposé par Patrick Chatelier et SP 38, avec Nadege Derderian
photographies Thierry Lainé

Général Instin,

projet artistique ouvert, initié par l’écrivain Patrick Chatelier et inspiré du vitrail tombal du général Hinstin (1831-1905) au cimetière Montparnasse, existe depuis 1997 et compte près de 150 participants, en majorité écrivains mais aussi plasticiens, street-artistes, musiciens, vidéastes, comédiens…
Général Instin est une suite de gestes artistiques qui se répondent et se complètent, toujours en devenir.
C’est aussi un soldat fantôme, spectre du véritable général Hinstin (par ailleurs totalement oublié).
C’est le personnage en train d’apparaître (ou disparaître) d’une fiction collective.
C’est une réplique du processus de création avec ses incertitudes, ses tâtonnements, ses impasses.
C’est une prolifération formant comme un paysage géologique qui grandit de ses dépôts successifs.
Quoi d’autre ? Chacun a son Général.
Général Instin sur remue.net

La quête de l’Aïeule universelle

En filigrane, avec la mémoire et la guerre comme lignes thématiques, le projet Instin fait référence aux tragédies passées dont nous sommes les héritiers : conflits mondiaux ou génocides, par exemple. La Conquête du pays Ugogo (ugogo signifie « aïeule » en zoulou), progressant vers le cœur des ténèbres, pourrait ainsi évoquer la colonisation. Cet arrière-plan de la folie humaine, soumis à la distance artistique, est détourné selon des voies parfois graves, parfois loufoques. Le soldat Miguel de Cervantès avec son Don Quichotte ne faisait pas autre chose.

Exploration de formules nouvelles, utilisation de nombreux supports réels ou virtuels, fabrique multidimensionnelle de déplacements, associations inédites entre matières, entre formes, entre disciplines, entre populations, entre artistes et non-artistes, sont des leitmotivs du GI.
De l’épars, du fragment, du diffracté, du paradoxe, composons une force : composons un réseau, une nébuleuse, une mouvance. Pour conquérir les moyens de combat et de résistance du XXIe siècle.

Pour une rencontre avec des street-artistes

par Mathieu Brosseau, écrivain

Travailler avec des artistes, qui sont tous des travailleurs de sens, ouvre toujours de nouvelles et enrichissantes perspectives et permet un dialogue ouvert, souvent contradictoire.
Ici, j’aurai le plaisir de croiser ma sensibilité avec celles de street-artistes (Pedrô, SP 38, Sunny Jim, Marie Decraene, Jérôme Mesnager) et avec Delphine Bretesché, plasticienne et auteure. Cela me permettra d’abord d’ouvrir mes textes vers d’autres supports (murs ou autres surfaces), avec des matières qui me sont inconnues (bombes, peintures, collages, etc.) et de produire une œuvre unique (ce qui n’est plus le cas pour le livre depuis l’imprimerie de Gutenberg) : une fresque.
L’œuvre collaborative est une expérience de vie, de partage et d’humilité où l’autorité du créateur est assumée par différents acteurs et où le résultat final est forcément pluriel (issu de plusieurs démarches) mais unique, en un seul exemplaire, en un seul lieu et pour un temps donné.
Autant que le phénomène Instin, le street-art interroge non seulement l’idée du travail collectif et interactif mais aussi le temps de l’œuvre. L’idée de l’œuvre, même ponctuelle, survit à toutes les œuvres car la trace est avant tout un souvenir. Un souvenir qui libère, ou donne ultérieurement la force de se libérer.
Collectivement, provoquer la disparition, l’inscrire dans l’ADN de l’œuvre-en-train-de-se-faire, est infiniment excitant, sans doute parce que l’œuvre n’en devient que plus humaine...





Les acteurs du Festival (et leurs actes)



Philippe Aigrain
/ écrivain

informaticien, essayiste et bricoleur de littérature. Il réfléchit aux conditions d’existence d’une culture à laquelle un grand nombre de personnes contribuent. Il écrit des poèmes et de brèves fictions, principalement publiées dans son Atelier de bricolage (http://atelierdebricolage.net) et dans les revues remue.net et D’ici là. Il revisite des formes poétiques brèves et explore les limites des rôles d’auteur, d’interprète et de lecteur.


Récent contributeur à la mouvance Général Instin, il présente une lecture-performance qui remixe le texte de Vincent Tholomé pour en faire une interprétation phonétique dont certains aspects s’inspirent de la poésie orale de Gherasim Luca.

30 et 31 mai




Olivier Apert / écrivain

Après 15 ans de Légion, retour à la vie civile. Poète, essayiste, dramaturge, librettiste, traducteur, parolier. Victime de son succès national et international, il décide en 2014 de s’engager, en tant que seconde classe, sous les ordres du Général Instin. Certains de ses exploits sont visibles en ligne ( http://remue.net/spip.php?rubrique490 )


Il signe une chanson du Général Instin, avec David Tuil

30 et 31 mai




Séverine Batier / comédienne metteure en scène

Formée aux ateliers de Jean-François Sivadier de 1992 à 1994, elle a joué principalement avec Vincent Lacoste (4 spectacles) Catherine Vallon (4), Laurence de la Fuente (3), et Sébastien Derrey (1). Elle travaille régulièrement depuis 2007 avec Pascale Nandillon, Atelier Hors-champ ; elle a été son assistante pour Le petit Poucet et comédienne sur Forces. Eveil, L’Humanité d’August Stramm (Théâtre Vidy Lausanne, l’Espal) ; en 2013, Macbeth Kanaval d’après Shakespeare (la Fonderie au Mans, en tournée Théâtre du Soleil, l’Echangeur/Bagnolet, TU de Nantes…). Metteur en scène, elle crée Richard III de Shakespeare (St Sulpice de Royan 17). Elle fonde le Théâtre de Buée en 2002. Met en scène Don Juan de Lord Byron (Anis Gras/le lieu de l’autre, Château de la Roche-Guyon) ; 14 Juillet, une révolution en Europe (Château de la Roche Guyon). En collectif : Aurélia Steiner de Marguerite Duras (Studio théâtre de Vitry, Anis Gras), Je suis une biche d’élevage communiste de F. Dupuy, F. Faure, T. Schmidt et S. Batier (festival de Limoux.) En projet : Recherche Proust avec Gérard Vidal et Mari Mai Corbel.


performance littéraire pour un quatuor de comédiens jouant sans discrétion dans la rue, par Christophe Caillé, avec Séverine Batier, Sylvain Granon, Alice Letumier

5 juin




Delphine Bretesché / auteure plasticienne

originaire de Nantes où elle a fait l’école supérieure des Beaux-arts de Nantes Métropole.

Ses recherches artistiques prennent leurs origines dans l’étude des failles qu’elles soient géologiques ou humaines. Pour ce paradoxe : la faille naît du rétablissement ou d’une tentative de rétablissement d’un équilibre. C’est cet espace nouveau entre les deux parois qui interrogent et suscitent dessin, poésie, performance. Son dernier ouvrage Perséphone aux jardins de sainte Radegonde est publié chez Joca Seria.
www.delphinebretesche.fr


Participe à la création des fresques dans la rue et sur un mur de la galerie.

Elle proposera les 5, 6 et 7 juin une envahissence poétique au crayon sur les murs depuis les sous-sol.

En performance, "Mon Général y es-tu ?" proposera au public de découvrir où se cache le Général, dans leur propre corps. Une exploration poétique non invasive, mais puissamment révélatrice.

7 juin




Mathieu Brosseau / écrivain

né en 1977 à Lannion.

Dernières publications : L’espèce. éditions Mots_tessons, décembre 2009

Et même dans la disparition
. Editions Wigwam, mars 2010

La confusion de Faust
. Editions Le Dernier Télégramme, mars 2011

UNS
. Le Castor Astral éditeur, juin 2011, Illustration par Winfried Veit et préface de Jean-Luc Nancy.

Ici dans ça
. Le Castor Astral éditeur, juin 2013.

Il a également publié dans les revues : Action Restreinte, L’Etrangère, Ouste, Libr_critique, Dis-moi. Livre d’artiste. Dingé : Editions La Canopée / La Rivière échappée, Remue.net, Dock(s), Boudoir & autres, Marelle, Sitaudis, Owerwriting, Fusées, Ce qui secret, Strass de la philosophie, La Nouvelle Quinzaine Littéraire, etc.

Il anime la revue en ligne Plexus-S depuis 2006.


Participe à la création des fresques dans la rue et sur un mur de la galerie.



Christophe Caillé / écrivain

auteur d’un roman "Sur terre pour si peu de temps" aux éditions de l’Escampette et d’un livre pour enfants "Georges et le dragon" (en collaboration avec Albert Lemant) aux éditions QuiQuandQuoi, écrit principalement de courts textes pour revues internet et performances littéraires.


performance littéraire pour un quatuor de comédiens jouant sans discrétion dans la rue, par Christophe Caillé, avec Séverine Batier, Sylvain Granon, Alice Letumier

5 juin




Patrick Chatelier / écrivain

a publié trois fictions aux éditions Verticales, Infiniment petit (2002), Maternelles (2004), et Pas le bon, Pas le truand (2010, écrit à partir d’une scène du film presque éponyme de Sergio Leone). Membre du comité de rédaction du site littéraire remue.net. Initiateur du projet artistique interdisciplinaire et collectif Général Instin.



Il s’occupe pour cette fois de l’organisation de l’événement avec l’aide de Nadege Derderian.



Marie Decraene / plasticienne

plasticienne diplômée de l’ENACP avec Fred Forest est co-fondatrice de « La Maison de la Plage », micro espace concret et virtuel d’art’ctions partagées.

Engagée poli et poé-tiquement dans les quartiers , elle travaille l’occupation urbaine créative et participative entre tradition et techniques contemporaines.

Elle pratique LE COLLAGE, bienveillant et relationnel avec le lien social, numérique et de papier avec les portraits et d’objets, d’éléments naturels et de céramiques avec les créations urbaines en mosaïque. Comme pour les technoïdes, tout est bon à sampler, à mixer et enfin, à coller pour une nouvelle proposition poétique.


Participe à la création des fresques dans la rue et sur un mur de la galerie.



Nadege Derderian / productrice et commissaire d’exposition

(réside et travaille à Paris depuis 2014)

A Londres pendant dix ans, elle a géré des galeries et des associations, notamment Studio 106 Art Gallery, protoPLAY, Permanent Gallery, et le Basement. En 2007, elle fonde Testing Grounds, une agence de Live Art dédiée à la production de spectacle vivant et performance, en partenariat avec des théâtres, galeries et musées européens.

Elle a été le commissaire invitée dans des contextes divers et intervient de façon ponctuelle sur des conférences.

Ses projets récents incluent nDn (noone Dials nuns), une association de diffusion de spectacle vivant et de musique noise, et prépare une résidence curatoriale pour Litmus Art Centre à Séoul (Corée du Sud).


Néo-instinienne, elle collabore avec Patrick Chatelier pour l’organisation de l’événement.



Alexis Forestier / metteur en scène théâtre

Après de vagues études d’architecture, il fonde les endimanchés primitifs, puis la compagnie les endimanchés en 1993. Metteur en scène, constructeur et musicien, il a mis en scène des textes de Hugo Ball, Henri Michaux, René Char, Francis Ponge, Maurice Blanchot, Franz Kafka, Bertolt Brecht, Georg Büchner, Gertrud Stein, Daniil Harms, Dante, Fernand Deligny, E.E.Cummings, etc. Une complicité avec André Robillard le conduit à créer deux pièces en compagnie de l’artiste. Il a monté l’Opéra de quat’sous à la Clinique de la Borde en 2005. Il participe en 2013 à l’ouverture de la Quincaillerie, lieu de vie, d’accueil et de travail situé à Venarey-les-Laumes en Bourgogne. Il fait partie de © cercle ABAR et de la SCAQ (société des collagistes anonymes quincailliers).


Réalisation d’un collage avec Itto Mehdaoui, présenté dans la galerie.

Les collagistes de la Scaq déclarent que la rupture ne sera efficiente qu’à la condition d’une saillie, vectrice des possibles et passage des signaux, supérieure ou égale à deux arpents. En milieu rural, les grandes parcelles se moquent des logiques minoritaires.




Jean-Philippe Gagnon / écrivain

poète québécois. Il a publié deux recueils de poésie aux Éditions de l’Hexagone : Frères d’encre et de sang en 2007 et Au fond de l’air en 2010. Par la médiation d’une figure de Minerve, ce dernier livre convoque les questions du sacré et de la communauté et celle des rapports de la parole et du monde, par une geste et un souffle qui tentent de penser, pour le surmonter, leur délitement. Il en va, au fond de l’air, d’une sculpture et d’une rupture subites du souffle voué à l’unité à l’horizon d’une épreuve de la scission. Une thèse en cours sur les rapports entre les formes poétiques du discours et les formes naturelles appuie cette aventure esthétique. L’écriture d’articles critiques sur les oeuvres de poètes et d’artistes contemporains, notamment pour la revue Archée, est une autre manière d’ouvrir l’espace commun. Ugogo est donc son pays natal, une terre où il s’est raréfié.


Lecture / performance autour de la figure de Minerve

6 juin




Sylvain Granon / comédien

Au collège, en cinquième, un camarade de classe me dit un jour : « - Regarde, un club de théâtre vient d’ouvrir, on va voir ? » « - Mouais, bof… ». Mais on y va quand même. Au bout de dix minutes il me dit : « - Viens on s’en va c’est nul » « - Ben non moi je reste ».

Et par la suite, parallèlement à des études scientifiques, j’ai fait du théâtre pendant quinze ans, d’abord en club donc, puis dans une troupe amateur (La troupe de l’Abordage). Enfin, ponctuellement, j’ai fait quelques interventions pour des amis, et une lecture-déambulation, sur des textes de Christophe Caillé dans le cadre du projet Nerfithéa, toujours avec plaisir mais aussi beaucoup de trac.

Je travaille maintenant dans le web et mène en parallèle des travaux de dessin et de peinture avec gourmandise.


performance littéraire pour un quatuor de comédiens jouant sans discrétion dans la rue, par Christophe Caillé, avec Séverine Batier, Sylvain Granon, Alice Letumier

5 juin




Maël Guesdon / écrivain

a publié des textes en revues (chimères, remue.net, ce qui secret, contre-allées, volume, verso, N 4728...) et a obtenu, en 2013, le prix de "La Crypte - Jean Lalaude" pour sorgue.

À paraître : Voire (Éditions José Corti).

Il est membre du comité de rédaction de remue.net et coordonne, avec Stéphane Korvin et Marie de Quatrebarbes, le collectif z : (http://zdeuxpoints.tumblr.com/).

Il travaille avec Marie de Quatrebarbes sur les Fragments de Suzanne Lindelton, dont des extraits ont parus dans les revues La vie manifeste (http://laviemanifeste.com/archives/8428) et Aka.


Il présente avec Marie de Quatrebarbes une lecture/ performance.

Loin d’ignorer les connivences entre esthétique et politique, le Général Instin a longtemps mené un travail de déminage systématique des opérations de propagande orchestrées par les pouvoirs affectivo-économiques, en organisant avec son groupuscule "Crazy in love", la distribution auprès de la population ugogoïenne de tracts de sensibilisation aux pointes de singularités critiques et prospectives qui s’expriment dans les formes sonores, visuelles et littéraires du capital.

31 mai




Maja Jantar / artiste pluridisciplinaire

is a multilingual and polysonic voice artist living in Ghent, Belgium, whose work spans the fields of performance, opera, poetry and visual arts. A co-founder of the group Krikri (www.krikri.be), she has been giving individual and collaborative performances throughout Europe and experimenting with poetic sound works since 1995.

« Maja Jantar est une artiste vocale hors norme, une plasticienne virtuose de la glotte, une sculptrice de l’instant vibratoire. Ses compositions instantanées ouvre dans l’espace acoustique des portails vertigineux d’exploration intérieure, convoquant tout le carnaval archaïque des voix humaines : tour à tour grotesques, inquiétantes, envoûtantes, ces voix-fantômes de nos vies parallèles font résonner en nous autant de mondes inouïs que nous ignorions avoir visités. » Sebastian Dicenaire.



Prolongera en performance avec Vincent Tholomé la Conquête du pays Ugogo

6 juin




Marlène Jean (Marjolaine Grandjean) / cinéaste

Je suis arrivée au Général Instin par le cinéma. J’ai d’abord longtemps assisté madame Agnès Varda. Je pense que c’est elle qui a planté le lierre sur la tombe de Jacques Demy au cimetière du Montparnasse, à deux pas du mausolée Instin. Plus tard c’est en filmant que j’ai découvert qu’Adèle, l’épouse du général, faisait partie de mes ancêtres. J’ai raconté comment dans un film qu’on trouve répertorié à la Panacée de Montpellier sous le titre La brodeuse. Depuis longtemps déjà, sans le savoir, je voulais chanter une chanson à la gloire du grand homme. Mais c’était avant de rencontrer David Tuil, arrivé par l’Orient, vrai musicien lui, chanteur, compositeur, guitariste, bassiste, pianiste et percussionniste, qui, pour l’occasion, accepte de m’accompagner.


Elle reprend une chanson de Francis Blanche, Général à vendre, accompagnée de David Tuil

30 et 31 mai




Sunny Jim / street-artiste

Né en 1987.

Je me fais appeler Sunny Jim, je suis artiste plasticien, street artiste, j’opère principalement dans les rues de Montpellier, bien que de temps en temps je m’exporte dans quelques grandes villes de France. Passionné par l’art de rue depuis mon adolescence, ce n’est qu’à partir de mon voyage à Londres ou j’ai croisé les meilleurs parmi les meilleurs, que je suis revenu à Montpellier avec la ferme intention de prendre part à ce mouvement.

Je colle des personnages de grande taille dans les rues de ma ville, ils ont une particularité, celle de ne pas avoir de visage, et à la place de celui-ci une boule blanche sur la tête, qui est devenu ma marque de fabrique et le fil rouge de ma démarche artistique. Entre dépersonnification et appropriation, je mets en scène ceux-ci afin de toucher le plus grand nombre de passants, d’habitants, de commerçants d’un même quartier, d’une même rue, afin de les interroger, de créer un dialogue avec mes personnages, et ensuite entre eux afin de recréer un contact humain, qui, je trouve, s’est perdu avec le temps dans les grandes villes.

http://wwwsunnyjim.fr


Participe à la création des fresques dans la rue et sur un mur de la galerie.



Alice Letumier / comédienne

formée au conservatoire du Xe arrdt de Paris.

Son parcours professionnel alterne entre répertoire classique et créations d’auteurs français et étrangers.

Elle crée l’association "Théâtre et Sarabande" au sein duquel elle reçoit et travaille avec différents artistes (conteurs, musiciens) et réalise des ateliers de théâtre pour enfants.



performance littéraire pour un quatuor de comédiens jouant sans discrétion dans la rue, par Christophe Caillé, avec Séverine Batier, Sylvain Granon, Alice Letumier

5 juin




Christophe Manon / écrivain

a publié une quinzaine de livres parmi lesquels Protopoèmes (Atelier de l’agneau, 2009), Univerciel (NOUS, 2009), Qui vive (Dernier télégramme, 2010), Testament, d’après François Villon (éditions Léo Scheer, 2011) et Cache-cache (Derrière la salle de bain, 2012). Il a collaboré à de nombreuses revues et se produit régulièrement dans le cadre de lectures publiques.


lecture de La Missive des partisans rouges au général

6 juin




Itto Medhaoui / comédienne

née en 1991 à Bagnolet. Parallèlement à des études d’ouvrière-apprentie rompue au travail de la scène, à Saint-Etienne, elle participe en 2013 à l’ouverture de la Quincaillerie, lieu de vie, d’accueil et de travail situé à Venarey les Laumes en Bourgogne. Elle fait partie de la SCAQ (Société des collagistes anonymes quincailliers). L’artiste déclare à propos de son oeuvre : " L’empire/a beau refuser toute idée d’association/Les minorités/ceux qui les peuplaient/Masses caverneuses/à quoi l’on ajoutera/la faim le désordre/n’expriment en réalité/de science certaine que/d’âpres railleries. "



Réalisation d’un collage avec Alexis Forestier, présenté dans la galerie.

Les collagistes de la Scaq déclarent que la rupture ne sera efficiente qu’à la condition d’une saillie, vectrice des possibles et passage des signaux, supérieure ou égale à deux arpents. En milieu rural, les grandes parcelles se moquent des logiques minoritaires.




Jérôme Mesnager / peintre street-artiste

Jérôme Mesnager est né un 29 janvier 1961 à Colmar.

Il est l’un des fondateurs, en 1982, de Zig-Zag : un groupe d’une dizaine de très jeunes artistes en « zig-zag dans la jungle des villes » qui décident d’occuper la rue en dessinant des graffitis et, aussi, d’occuper brièvement, le temps d’une performance artistique, des lieux désaffectés, notamment des usines.

Le 16 janvier 1983, il invente l’Homme en blanc, « un symbole de lumière, de force et de paix ». Le premier corps blanc apparaît sur l’un des murs de la Petite Ceinture dans le cadre d’une journée Zig-Zag. Dès le lendemain, de cette fameuse journée, Jérôme Mesnager décide d’envahir les rues de Paris. Puis va s’ensuivre la découverte des Catacombes. Cette silhouette blanche, Jérôme Mesnager l’a reproduite à travers le monde entier, des murs de Paris à la muraille de Chine.

Bibliographie, extraits : Le Voyageur de l’art : les aventures de Corps blanc (2 tomes), avec Gilbert Lascault, éditions F. Loeb, 1990-1992 ; 20 ans qu’il court, Critères éditions, 2003 ; Ma vie en blanc, Le Voyageur éditions, 2010 ; Mesnager par Mesnager, Doux murs murs, Collection Opus Délits chez Critères Éditions, auteur Véronique Mesnager.

http://mesnagerjerome.free.fr/


Participe à la création des fresques dans la rue et sur un mur de la galerie (31 mai).



Juliette Mézenc / écrivain performeur

vit et écrit à Sète. Elle travaille régulièrement avec d’autres écrivains et artistes, en particulier Stéphane Gantelet et Cécile Portier. Ses terrains de jeu : l’écriture "entre les genres", la fiction transmédia, la performance et le vidéopoème.

Parution, sous forme de feuilleton et sur la plateforme éditoriale D-fiction, de Elles en chambre, ensemble de textes qui donnera lieu à une publication papier aux Editions de l’Attente (sept. 2014) ; Poreuse, roman (mai 2012), Publie.net ; Sujets Sensibles (Juin 2009), Publie.net

Publications dans la revue numérique D’ici là ainsi que sur les sites remue.net et tapin²

Son site : http://www.motmaquis.net/


Lecture avec Benoît Vincent et cartographies de Mathilde Roux, Correspondance entre A et A : Lettre à la marmotte (avec deux T).

Envoyé aux confins du territoire — au bout de la carte — A échange une correspondance amoureuse avec A, restée au pays. Les régions obscures, les indigènes interlopes, les postes avancés, les cendres de guerres, les arsenaux oubliés, la frontière mue... contrepoint des gestes, mains tendues, et égarements du couple séparé.

7 juin



Pedrô ! / peintre street-artiste

né en 1960

" Colleur sur Paris depuis 1991 et pochoiriste tout support depuis 2004, j’envisage cette activité comme un engagement poétique..."

http://pedrodorianblog.canalblog.com/



Participe à la création des fresques dans la rue et sur un mur de la galerie.



Anthony Poiraudeau / écrivain

Né en 1978 à la Roche-sur-Yon, Anthony Poiraudeau a fait des études d’histoire de l’art. Après avoir commencé une thèse à l’EHESS sur des questions de lieu, de paysage et d’art contemporain, il est devenu réceptionniste et standardiste.

Il tient le blog futiles et graves (futilesetgraves.blogspot.fr), a été critique pour le site Standards & More (standardsandmore.fr) et participe au site de création littéraire publie.net, notamment sur la forme d’une chronique, « Jean-Pierre et Jean », en duo avec Sarah Cillaire, consacrée aux acteurs Jean-Pierre Marielle et Jean Rochefort.

Son premier livre, Projet el Pocero : dans une ville fantôme de la crise espagnole, a été publié en 2013 par les éditions Inculte. C’est le récit d’une expérience psychogéographique à El Quiñon, ville-champignon emblématique de la crise économique espagnole. Il prépare actuellement un deuxième livre sur Churchill, Manitoba, une petite ville du Grand Nord canadien.



Lecture de "Le pays L’or transparent : une brève histoire des ressources naturelles en Ugogo et de leur exploitation."

31 mai




Cécile Portier / écrivain

a publié deux récits (Contact au Seuil, Saphir Antalgos chez Publie.net) et des textes courts dans différentes revues littéraires. Elle tient un blog, www.petiteracine.net où, à travers différents projets conçus comme des chroniques où images et textes se répondent, elle s’attache à explorer comment s’articulent aujourd’hui le social et l’intime. Elle a réalisé un projet « d’écriture augmentée » visant à interroger par la fiction la mise en données croissante du réel et de nos vies. Ce projet en triptyque a connu déjà deux réalisations : Simple Appareil ®, striptease d’une femme par les chiffres, Traque traces, fiction collective d’un peuple statistique. et etantdonnee.net , en cours de réalisation, tentative de recollection par les traces numériques de la vie d’une femme amnésique.


Lecture/performance, géopolitique de la dérive, cartographie d’un monde écaillé

30 mai




Marie de Quatrebarbes / écrivain

a publié Les pères fouettards me hantent toujours (Lanskine, 2012) et Transition pourrait être langue (Les Deux-Siciles, 2013). La vie moins une minute paraîtra en 2014.

Elle est membre du comité de rédaction de remue.net et coordonne, avec Stéphane Korvin et Maël Guesdon, le collectif z : qui édite des textes à formats variables (http://zdeuxpoints.tumblr.com/). Elle est également co-coordonnatrice du volume La tête et les cornes (à paraître).

Elle travaille avec Maël Guesdon sur les Fragments de Suzanne Lindelton, dont des extraits ont paru dans les revues La vie manifeste (http://laviemanifeste.com/archives/8428) et Aka.



Elle présente avec Maël Guesdon une lecture/ performance.

Loin d’ignorer les connivences entre esthétique et politique, le Général Instin a longtemps mené un travail de déminage systématique des opérations de propagande orchestrées par les pouvoirs affectivo-économiques, en organisant avec son groupuscule "Crazy in love", la distribution auprès de la population ugogoïenne de tracts de sensibilisation aux pointes de singularités critiques et prospectives qui s’expriment dans les formes sonores, visuelles et littéraires du capital.

31 mai




Mathilde Roux / écrivain, artiste pluridisciplinaire

écrit et fabrique des images.

Elle explore les articulations du texte, de l’image et du son.

Elle développe depuis quelques années un travail de collage associant documents géographiques et fragments de textes.

Son site d’auteur : Quelque(s) chose(s) (http://www.mathilderoux.fr)

Dernières expositions : Territoires (2014), Des lignes et des surfaces (2013) (http://www.mathilderoux.fr/collages/spip.php?article59)

Via & Vers
(2014) avec Nathanël Gobenceaux et Rémi Froger (http://noteseparses.wordpress.com/2014/03/24/via-vers-exposition-de-photographies-textes/)

Parution en juin 2013 de J’ai l’amour chez Publie.net13 (http://librairie.publie.net/fr/ebook/9782814507364/j-ai-l-amour)

Publications dans la revue numérique d’Ici là (http://librairie.publie.net/fr/ebook/9782814507371/d-ici-la-ndeg10)

et sur le site remue.net (http://remue.net/spip.php?article5974)



glissera, dans la correspondance entre Juliette Mézenc et Benoît Vincent, quelques images combinant cartes et mots, en quelque sorte comme images subliminales d’une conversation intime et/ou projections mentales liées à la distance géographique.

7 juin




Anne Savelli / écrivain

vit à Paris, ville qu’elle quitte de temps à autres (résidences à Marseille, Saint-Brieuc, dans la région nantaise, dans l’Indre...) pour lire, écrire, animer des ateliers, etc.

A Paris, elle écrit dans le métro aérien (Fenêtres Open space, éditions Le Mot et le reste, 2007), près des gares (Franck, Stock, 2010), dans les grands magasins (Décor Lafayette, Inculte, 2013), la rue Daguerre (Décor Daguerre) et, généralement, partout où elle peut. A ainsi inventé le mot oloé, qui signifie : lieu où lire où écrire (Des Oloé, éditions D-Fiction, 2011).

On la trouve aussi sur internet (Dita Kepler, passé de Twitter à remue.net, avec Joachim Séné / Fenêtres open space / Dans la ville haute).

http://remue.net/spip.php?rubrique666

http://fenetresopenspace.blogspot.com/

http://www.danslavillehaute.net/



lecture à deux voix, avec Joachim Séné, d’une conquête de territoire par le dessus, ciel, et le dessous (terre)

5 juin




Joachim Séné / écrivain

Né à Amiens en 1975, il voyage pour le tourisme en Chine, aux USA, en Europe, Joachim Séné est aussi un conducteur prudent.

Biblio : C’était, Publie papier 2012 ; "La crise", Publie papier 2012 ; Arthur Maçon Publie.net 2013.

En revue : OnLit, D’Ici Là, Remue.net, D-Fiction, Hors-Sol, Les 807, Revue des villes…

tout seul : http://jsene.net

avec les autres : http://relire.net

pour les autres : http://rature.net


lecture à deux voix, avec Anne Savelli, d’une conquête de territoire par le dessus, ciel, et le dessous (terre)

5 juin




SP 38 / peintre street-artiste

Painter , placards-sticker, performer. Born in France ( Normandy ) prisoner in Berlin since 1995 .

Paint like a Human Colour Copy Machine , uses only 4 colours (blue red yellow and blue ) 4 more simple messages , 4 more urban poetry in cities , 4 more anti-depressive spirit & movement .

Principal hobby : stick hand made placards in the streets .

Several exhibitions , performances, street actions in many places & countries ( the world is everywhere …)

Particularity : Still does not speak German …

www.sp38.com


Participe à la création des fresques dans la rue et sur un mur de la galerie.



Lucie Taïeb / écrivain traductrice

écrit et traduit.

Textes en revues : remue.net, l’intranquille, retors.net, aka, ce qui secret

Ouvrages parus : Groite et dauche, anthologie du poète autrichien Ernst Jandl, 2011, l’Atelier de l’Agneau ; Tout aura brûlé, 2013, Les Inaperçus.


Lecture/performance : la LGI ( Langue des Gestes I.) est un langage de mains à l’adresse de l’Invisible. En une séance, vous apprendrez à maîtriser les bases de ce langage et à communiquer simplement avec ce qui n’a pas de nom.

30 mai




Vincent Tholomé / écrivain

Auteur performeur.

Ses livres les plus récents ? CAVALCADE (Le Clou dans le Fer, 2012) et VUAZ (Maelström, 2013). Comme ses ouvrages précédents, ces livres inclassables tiennent à la fois de la poésie et de la fiction, du conte et de la « partition ». Pour les apprécier et les goûter au mieux, il convient de les lire à haute-voix, de se laisser porter par leur langue singulière.

Ses lectures-performances ? Vincent Tholomé lit/performe ses propres textes un peu partout (France, Allemagne, Russie, Canada, USA, etc.), soit en solo, soit au sein de duos avec d’autres auteurs (Marc Perrin, Sebastian Dicenaire), des musiciens (Xavier Dubois, guitare) ou des chanteurs (Maja Jantar). On peut le voir également au sein de formations plus larges, telles le Trio WYRD ou la Troupe Poétique Nomade.

Ses travaux en cours ? Un ciné-poème, deux CD (l’un avec Maja Jantar, l’autre avec Xavier Dubois), deux manuscrits (POULET TANDOORI et LE GRAND PEU).


Prolongera en performance avec Maja Jantar la Conquête du pays Ugogo

6 juin




David Tuil / musicien

Formé à la batterie fanfare de la Garde Républicaine, David Tuil a composé de nombreuses marches à la gloire du Général Instin. Compositeur, musicien, chanteur il s’engage auprès des troupes (La Marjolaine-capitaine, l’Apert-seconde classe) pour mieux combattre les ennemis d’Instin.

Demain il battra la caisse pour annoncer la bataille de ces journées festival.

Le général vient nous servir à boire…

http://davidtuil.com/


Accompagnera en musique Olivier Apert et Marlène Jean pour deux chansons du Général

30 et 31 mai




Benoît Vincent / écrivain

Il travaille dans l’environnement (expertise botanique).

En 2012, il publie Genove, villes épuisées http://www.ge-nove.net , né de séjours prolongés dans la ville de Gênes en Italie. Il a publié également quatre titres chez Publie.net : http://librairie.publie.net/fr/list/auteur-11058-benoit-vincent/page/1/date. Il est membre actif du Général Instin et coanime la revue en ligne Hors-Sol : www.hors-sol.net

Son site, Ambo(i)lati, avec tous les projets en cours : www.amboilati.org.


Lecture avec Juliette Mézenc et cartographies de Mathilde Roux, Correspondance entre A et A : Lettre à la marmotte (avec deux T).

Envoyé aux confins du territoire — au bout de la carte — A échange une correspondance amoureuse avec A, restée au pays. Les régions obscures, les indigènes interlopes, les postes avancés, les cendres de guerres, les arsenaux oubliés, la frontière mue... contrepoint des gestes, mains tendues, et égarements du couple séparé.

7 juin




Benoît Virot / éditeur

(né en 1978) est le fondateur de la revue Le nouvel Attila (2004) et des éditions Attila (2007), alternant rééditions et traductions d’auteurs pirates, puis inédits français, où il a publié les œuvres d’Edgar Hilsenrath, Ludwig Hohl, Jean-Paul Clébert et Ramon Sender, mais aussi L’Ecorcobaliseur, Invention des autres jour, Annales anales et Aujourd’hui l’abîme. Spéléologue littéraire, spécialiste de Fantômas, il est aussi l’auteur avec Dominique Bordes d’une anthologie de nouvelles épuisées : Perdus/Trouvés, anthologie de littérature oubliée (Monsieur Toussaint Louverture, 2007). Il a participé à la fondation du Tigre et au lancement, au sein du collectif Jef Klak, de la revue Marabout (septembre 2014).

http://www.lenouvelattila.fr/


créera plusieurs numéros d’un journal consacré aux grandes conquêtes militaires (littéraires), dont chaque fascicule sera intitulé "Conquête de..." : : L’Escadron blindé de Skvorecky, Yak Rivais et son Général Francoquin, Zimmerman et ses troufions masturbateurs...



Les élèves de 1re section cinéma de la classe de Sébastien Rongier, lycée Albert-Camus, Bois-Colombes

Durant l’année scolaire 2013-2014, plusieurs rencontres ont eu lieu avec Patrick Chatelier autour notamment du projet Général Instin. Les élèves sont entrés dans l’aventure en imaginant pochoirs, films, sons, photographies… dont certains seront montrés lors de l’exposition.



Patrick Chatelier - 4 juin 2014