Auteurs

Lieux

Pour moi le travail

(extraits du site mon-metier-dans-la-cite.com)

“Depuis 1990, Theo Jansen se consacre à la création d’une nouvelle forme de vie. Ses Standbeest (créatures de plage) sont faites de matériaux issus de l’ère industrielle : tube en plastique et ruban adhésif. Elles pourraient être prises, de loin, pour d’énormes insectes ou des squelettes de mammouth bien qu’elles n’aient pas besoin de moteurs, capteurs, ou tout autre type de technologie pour marcher. Elles bougent grâce à la force du vent et à la présence du sable humide, qui composent leur habitat sur la côté néerlandaise.”

J’ai pris cette photo à la Cité des Sciences en revenant d’un atelier. Je ne sais pourquoi j’associe si fortement cette oeuvre au travail, à ce qui devient son idée : mastodonte sans queue ni tête, réduit à son squelette, mais aux tubulures laissant voir l’espace à travers ses ramifications et qui se révélerait, soudain, d’une infinie légèreté.



Pour moi le travail c’est l’opportunité d’exprimer et de partager ce que nous sommes.

J’ai toujours vu mon futur métier comme un des moyens qui me permettrait de m’accomplir dans cette vie.


Pour moi le travail c’est trouver quelque chose qui m’intéresse, qui me permet de m’exprimer et gagner ma vie.


Pour moi il n’y a pas de travail. Je n’aime pas le mot travail. Il est rébarbatif. Je préfère le mot passion. J’aimerais transformer le mot "passion" en verbe d’action comme travailler.


Pour moi le travail — c’est donner aux autres ce que j’ai de plus précieux. Je mets tout mon être dans mon travail.


Le travail ça représente tout pour moi, quand on travaille on a une vie plus belle, si on ne travaille pas, on n’a pas la vie qu’on voulait.


Pour moi le travail sert à aider la famille, on est six frères, mon père et ma mère, si je trouve un travail, je pourrai donner un coup de main à mon père.


Pour moi le travail c’est la liberté, on y manifeste notre énergie, notre force, notre sagesse, notre puissance, notre savoir-faire, tout.


Pour moi, le travail est une chose indispensable dans la vie. Un apprentissage quotidien nécessaire et donc enrichissant.


Le travail pour moi c’est l’activité nécessaire pour subvenir à ses besoins.

Dans le travail il y a une notion d’astreinte, de douleur, d’effort. Dans le métier il y a une notion d’identité, de valeur, de choix.


Pour moi le travail est une sorte de don en échange d’un moyen de paiement, il contribue à être acteur d’un système.


Je n’aime pas le travail dans sa conception actuelle : travailler pour manger, pour habiter, s’amuser ou avoir des enfants... pour exister en somme !

Peu de personnes ont la chance de travailler pour le plaisir de travailler.


Aujourd’hui, être assis derrière un bureau 10 heures par jour à manipuler des chiffres et trouver la meilleure idée pour vendre toujours plus à des gens qui n’ont pas besoin de mon produit m’exaspère.

Je souhaite me réaliser dans ma vie professionnelle et non plus uniquement dans ma vie personnelle : "faire" et non plus "faire faire", être libre pour déployer mes idées et m’épanouir, être fier de ce que je fais.


Pour moi le travail c’est la vie, pour nourrir la famille et pour vivre.


Chercher du travail n’est pas simple, il ne suffit pas de cliquer sur un bouton. C’est énormément de recherches sur des sites spécialisés, beaucoup d’envois de lettres et de CV et tout le temps perdu pour avoir des réponses négatives.


Pour moi le travail c’est l’utilisation de nos capacités au service de l’autre, de la société, du groupe.

Je cherche la place du travail dans ma vie.


Pour moi, le travail c’est une débauche d’énergie, un besoin essentiel qui, de par l’indépendance qu’il procure, prouve qu’il est nécessaire à notre société.


Pour moi le travail c’est un passe-temps, ce n’est pas une contrainte, dès qu’il y a des contraintes, je me dégage car ce n’est pas utile pour moi-même ni pour la société.


Pour moi le travail est un moyen de s’épanouir, faire des connaissances et gagner sa vie.


Le travail devrait être une passion. Faire quelque chose que l’on n’aime pas est un appauvrissement physique, intellectuel. Si le travail n’est pas une passion, sa place dans la vie devrait être réduite à son minimum.


La vie humaine est riche de tellement de possibles, chaque être humain possède tant de facettes. J’en viens à m’interroger sur la pertinence même de la valeur "travail". Exercer une activité professionnelle me semble à la fois riche d’enseignements et terriblement limitant.


Pour moi la paix c’est la vie, et la vie c’est le travail. Tous mes efforts vont dans ce sens car sans travail on ne vit pas et sans vie je ne vaux rien dans la société.


Travailler = cela sert à quoi - le bénéfice qu’on en tire (place ds la société, se sentir utile = acteur de la Cité, apprendre, lien social)

—> travail pr s’épanouir en tt qu’individu

—> travail alimentaire pr subsister

Travailler = arrêt maladie, burn-out, AT (Accident du Trvail) =/ rester chez soi, perte de l’estime de soi, sa place, son utilité, ses capacités =/ être "libre" = faire ce que l’on veut (expos) s’ouvrir à un monde culturel, ce qu’on n’a pas le tps de faire qd on travaille.


Le travail nous est indispensable pour nous créer un réseau social et nous permettre de vivre, cependant je préférerais travailler moins pour profiter de la vie et m’auto-suffire car comme le dit cette citation : "Qui sur son lit de mort regrette de n’avoir pas passé assez de temps à bûcher sur ses dossiers ?"


Pour moi le travail c’est l’accomplissement de soi, mettre en pratique ses acquis.


Le travail est pour moi fondamental, crucial. Il doit être valorisant, épanouissant, bien avant d’être rémunérateur.


Pour moi il y a le travail que l’on doit faire pour survivre dans la société et il y a le travail qu’on fait par passion, comme un loisir. Quand on va travailler, c’est pour améliorer sa qualité de vie ou celle des autres. C’est ce travail là que je cherche.


Pour moi le travail c’est la vie. Sans travail que ferions-nous ? La vie serait un ennui.

12 juin 2014
Suivez-nous : RSS Twitter FB
Toutes les résidences en cours
Dossiers thématiques ->