Emmanuèle Jawad | Faire le mur | 2

Neuf plans 1

double portrait positif-négatif, diptyque onirique, saisie
d’un mur, dans le cadre, mains coupées aux poignets,
retenues à l’arête du mur, superposées, en repos
dans la montée, se hissant, tête de dos, nuque courte,
en plongée, autour, foule en ronde, circulation de couleurs
vives, floues, mouvements arrêtés à la lisière de l’angle
de vue, l’arête, un mur, point d’appui, d’où repose, s’attache,
à considérer l’ancrage éphémère, l’assise des mains, en prise
avec le mur, terre crue, la foule dans la danse, un poste
d’observation, à hauteur d’homme, un camp



Neuf plans 2

mur ciel d’eau, vert intérieur pâle, franchissant bleu,
deux portes coupées, au cadrage, divan centré, à motif
floral, champ chromatique, relevé d’un tableau blanc
magnétique, cerclé de noir, au-dessus, photographie
de famille, groupe, plan de pied sépia investit les hauteurs
du mur, une surface, la jaunit, date, une famille,
trois générations, format de petite taille dentelé sur les
bords, surface mate, troublée d’un câble, rejoignant
devant, l’accroche lumineuse, fuyant plus haut,
hors-champ, de peu d’accès, une retombée électrique,
gaine ciel d’eau, fil coupant à plein visage




En juillet 2013, une exposition de photographies des murs dans le monde sur le mur de Berlin (exposition "Wall on Wall" du photographe Kai Wiedenhöfer) marque, pour Emmanuèle Jawad, le point de départ de l’écriture de Faire le mur. L’auteure a confié trois extraits à remue.net de ce travail en cours.

12 janvier 2015