Emmanuèle Jawad | Faire le mur | 3

Borne-ligne 1

caméras drones et radars où zones sans frontière s’érige un mur
electric fence benne à béton ligne libre marchande mais coupe au corps

des migrants on recense crânes à l’accroche ronces rouille d’ocre
déterrées au piquet des barbelés brûlent lent sur le flanc sud

tombes hors-sol sec au corps d’os mort le désaccord porte sur
la trace racle tombe un mur garde l’ossature mentale

en crâne – mémoire permute un mur l’autre
long rhizome mural éclot l’incendie de formes noircies



Borne-ligne 2

mur d’eau terre lot de clôtures Méditerranée l’île vasque noire
ouverte à mi-route Sicile Tunisie Malte écumes trouées

au flot des migrants noient le flux courant de corps coques
retournent formes courbes mécaniques de la structure

traverse le débit remué de surface lourde secousse en fond
coule fuel en nappes couverture d’incendie signale répand

archipel des Pélages aux tortues marines corps d’ombre longent
la plaie d’eau défaits des chairs rade amarrée des crânes




En juillet 2013, une exposition de photographies des murs dans le monde sur le mur de Berlin (exposition "Wall on Wall" du photographe Kai Wiedenhöfer) marque, pour Emmanuèle Jawad, le point de départ de l’écriture de Faire le mur. L’auteure a confié trois extraits à remue.net de ce travail en cours.

19 janvier 2015