Jean Rustin, la vie échouée

« Sont-ils encore dans leur corps, ou à côté, ou plus loin ? », Michel Bourçon.


Les hommes, femmes et enfants que le peintre Jean Rustin (1928-2013) donne à voir nous regardent tout autant que nous les regardons. Leurs yeux ne cillent pas. Ils nous observent. Ils sont grands ouverts, presque lavés, dégageant une certaine innocence.

« Leurs yeux n’attendent aucune pitié, sont baignés d’une lumière dans laquelle nous voyons comment nous considérer, lumière qui éclaire les gouffres. »

Ils sont immobiles et désœuvrés, debout ou assis dans un lieu précaire, ou allongés sur un lit de fortune, ou encore couchés sur le sol. Les hommes ont souvent le sexe à la main. Chez eux, la pudeur n’a plus cours. Ils se masturbent pour tenter de remuer un corps replié sur lui-même tout en apaisant un psychisme que l’on sent défaillant.

« Des corps se défont, nous montrent leur enfermement, dans une solitude masturbatoire, à même le sol, dans des pièces insalubres.
Nous assistons au viol de nos yeux »

Il n’y a ici nul soupçon d’érotisme mais la mise à nu d’une réalité violente qui anéantit, en premier lieu, les laissés pour compte, les aliénés, les internés auxquels Jean Rustin apporte une part d’humanité. Il nous demande d’être attentifs, un instant, à ceux-là même qui nous ressemblent tant. Ce faisant, il en déstabilise forcément plus d’un.

« Retranchés dans le mutisme et ces chambres nues, ils n’attendent et ne demandent rien. Ces regards, tournés vers nous, soldent leur compte et, devant nous, la vie vient au rapport ».

Trouver les mots justes pour exprimer de façon concrète ce que nous transmettent ces visages, ces corps, et y inclure ce que l’on ressent dès que l’on s’immerge dans l’univers du peintre, n’est pas chose évidente. Seul un poète secret, concis et efficace, un adepte de « la pratique de l’effacement », comme sait l’être Michel Bourçon, pouvait y parvenir. L’auteur de (entre autres livres) Les rues pluvieuses n’iront pas au ciel (Les carnets du dessert de lune, 2014) est, comme à son habitude, posé et totalement disponible. Il écrit avec tact et sobriété. Il offre un livre sensible, tendu, tenu, empreint d’une grande bonté.


Michel Bourçon : Jean Rustin, la vie échouée, éditions La tête à l’envers.

Jacques Josse - 3 janvier 2015