ana nb | X mille cheveux de silence

Ana Navarrete Berbel (qui signe souvent ana nb) habite à Nancy et propose deux expériences web de haute qualité, souvent basées sur la relation texte image, et parfois à partir de son propre travail plastique, qui en ont fait en quelques années un repère important du paysage de la littérature web : son jardin sauvage et ses effacements . On peut aussi la suivre sur Twitter :@anaN2B





qui d’un son à l’autre qui d’un silence à l’autre qui d’une horizontale à l’autre qui d’un paysage à l’autre qui d’une voix à l’autre qui d’un son à l’autre qui d’une voix à l’autre qui d’une harmonie à l’autre qui d’un oiseau à l’autre qui d’un regard à l’autre qui d’un son clair à l’autre qui d’une verticale à l’autre qui d’une répétition à l’autre qui d’un geste à l’autre qui d’un mouvement à l’autre qui d’une syllabe à l’autre qui d’un caillou à l’autre qui d’un son à l’autre qui d’un bruit à l’autre qui d’une rue à l’autre qui d’une séparation à l’autre qui d’un son sombre à l’autre qui d’une frontière à l’autre qui d’une présence à l’autre qui d’un son à l’autre qui d’un lien à l’autre qui d’un éclat à l’autre qui d’un cri à l’autre qui d’une déchirure à l’autre [ sostenuto ]

qui introduit
le silence 
l’harmonie 
la tuerie

no sound is innocent - no silence is innocent - [ mezza voce]

c’est [ répétition ] - c’est [ répétition ] même un lien – c’est même un couple l’espace le son le son abrité par l’espace – c’est une image en mouvement – c’est [ interruption ]

au début écran sombre – on entend des bruits de pas des bruits de pas précipités – puis on devine des façades hautes irrégulières – on aperçoit une colonne de ciel entre deux murs aveugles – on entend maintenant des bruits de pas réguliers – on entend le son furtif de deux voix – voix de femme voix de femme – voix de - presque silence - [ interruption ]

on prend une plante on prend un objet on prend une photographie – et longtemps on s’arrête devant – le silence vient de [ inaudible ] - du visible - le silence de la plante – le silence de l’objet – le silence de la photographie

au début le silence c’est le cirque [ répétition ] - ça part dans tous les sens – le langage le silence c’est – vitesse loca loquace et fond sonore de la rue [ fenêtre ouverte ] - 

comment taire comment terminer - partout des fragments de voix oubliés des fragments de silence oubliés

le silence c’est – [ effacement ] - le silence et le son ne font qu’un [ irruption ] - soudaine voix d’homme – partout tu peux saisir du silence - tu glisses chaque jour du silence au son du son au silence - le silence a ses gestes [ répétition ] - un homme assis face à une femme assise – est ce que c’est – et autour le bruit d’une chaise trainée

au début fenêtre fermée – devant moi une tasse de café deux livres El hombre acecha et Le masque de Dimitrios et autour des piles de livres - une cithare - et un arbre peint - une photographie en noir et blanc – une petite fille sur une balançoire [ interruption ]


comment écrire la figure sonore du silence – le silence nécessite une réponse – partir d’un point zéro pour ne pas revenir à un point zéro

le silence n’est pas d’or le silence est criminel – voix de femme - [ interruption ] - vive l’unité prolétarienne sans laquelle aucune victoire n’est possible vive le peuple ouvrier vive la république des travailleurs – rouge est la couleur du silence – la crise [ répétition ] - bruit de machines bruissement de roulements mécaniques bruit de machines broyeuses – bruit blanc – son blanc – c’est de pire en pire – c’est de pire en pire - c’est de pire en pire - je souhaite la révolution - [ subito ] - bruit de machines bruissement de roulements mécaniques bruit de machines broyeuses - bruit de machines bruissement de roulements mécaniques bruit de machines broyeuses

le silence et son idée labiale- je laisse - le silence de nuit - je laisse - de toute manière [ interruption ] on est seule dans son écoute 



qu’est ce qui se passe dans le hors – champ du silence - au bout d’un couloir - porte claquée - corps plaqué contre mur – cri [ presto ]

X mille cheveux de silence – bruissement léger – comme un cours d’eau – aboiement d’un chien – voix de femme voix d’ homme voix de femme – quoi qu’est – ce qui a – quoi encore – quoi – tu veux quoi – mais j’ai rien à dire – hein - quoi – tu veux quoi – mais dis moi qu’est – ce que tu veux - [ crescendo ] -

sur un chemin d’hiver une grande silhouette de dos – et derrière la grande silhouette de dos une petite silhouette de dos – le silence porte des lettres de chair

des lettres de chair - [ interruption ] - bruit bref – six écrans – sur les écrans six corp de silence - c’est dans la nuit - l’autre nuit - ( je me demande si Pessoa a lu Tchouang – Tseu / Zhuang Zi ) - pour écrire Le marin - je te dis que tu rêves - cela aussi est un silence -


et maintenant sur la scène six corps de silence - six corps dans le silence - six musiciens aux gestes suspendus - bras main droite légère – buste légèrement incliné

21 mai 2015