Jacques Josse | Marco Pantani a débranché la prise

Grâce à Hervé Bougel, le cyclisme a fait son entrée sur la piste de remue. Jacques Josse prend le relais et nous fait maintenant suivre Marco Pantani.
Aimez-vous le cyclisme ? Connaissez-vous Marco Pantani ?
Non !
Alors ce roman est pour vous. N’appartient-il pas à la littérature de nous faire découvrir ce dont nous n’avions jamais entendu parler, de nous faire aimer ce à quoi nous ne nous intéressions pas ?
Marco Pantani a débranché la prise de Jacques Josse nous fait découvrir, aimer à la fois le cyclisme et Marco Pantani. D’une écriture dense, nette, sobre, c’est un texte qui va toujours de l’avant, sans une phrase inutile ni un mot de trop tout au long de ses 98 courts chapitres. Il vous emporte, sans que vous y preniez garde, du Giro au Tour de France, de 1994 à 2004. Installé d’emblée aux côtés du jeune coureur cycliste, qui est ce qu’on appelle un grimpeur, vous restez près de lui jusqu’à sa disparition à l’âge de trente-quatre ans. Ce destin brisé, sans doute par le système sportif mis en place sans qu’il s’en aperçoive et qui se révèle au-dessus de ses forces de résistance — lui à qui n’a résisté aucun col des hautes montagnes — est le récit d’une incursion dans le domaine du corps sensible à l’endurance physique et à la dure beauté des paysages.
DD





40

L’Alpe d’Huez, département de l’Isère, 19 juillet 1997. Les coureurs abordent en fin d’après-midi l’ultime ascension du jour, terme de la treizième étape. Marco entre en scène dès la première rampe. Il part en flibustier. Ne se retourne pas. Monte en danseuse. Décramponne un à un tous ses adversaires. Il se concentre sur sa respiration. Ses gestes sont fluides et harmonieux. Son visage ne trahit nulle appréhension. On le sent sûr de lui. Il saute de lacet en lacet avec une facilité naturelle. Il est seul dans ce théâtre de pierre. Il court à l’instinct et à l’ancienne. Oubliées les chutes, la poisse, les disettes, les galères. Son style est aérien. Lucide, il écarte du bras un type déguisé en indien qui le gêne dans son effort en courant dangereusement à ses côtés. La foule qui envahit la route ne lui réserve qu’un passage étroit. Qui s’ouvre au dernier moment et se referme aussitôt. Il suit la courbe extérieure des virages en une trajectoire impeccable. Il s’empare d’une bouteille d’eau tendue par un spectateur, s’en asperge le cou, le visage et poursuit sa folle chevauchée pour aller cueillir son deuxième succès en haut de l’Alpe. Il bat le record qu’il avait précédemment établi. Rageur, il serre les poings et lève les bras. C’est sa première victoire depuis sa double fracture de la jambe.




41

Le surlendemain, il y a au programme l’escalade des cols de Tamie, de La Forclaz, de La Croix de Fry, de La Colombière et de Joux-Plane. Le menu, très copieux, est à son goût. Il doit rester patient. Ne pas jouer les matadors. Et pas plus les présomptueux. Il se cale dans les roues de ses équipiers. Puis se teste dans La Colombière en remontant aux avant-postes. Et c’est à mi-pente, dans Joux-Plane, qu’il jaillit de l’arrière en plaçant une accélération sèche. Les mains en bas de son guidon rouge, il disparaît loin devant. Frôle tour à tour la paroi rocheuse et le ravin qui tombe en contrebas. Le pourcentage moyen avoisine les 9 %. La sueur roule sur son visage tendu et impassible. Il s’offre une trouée à travers la foule et franchit le sommet avec une minute d’avance. Puis il entreprend une descente acrobatique. Il tient sa trajectoire, se penche harmonieusement à droite ou à gauche à l’entrée de chaque courbe. Il parcourt les douze kilomètres qui le séparent de Morzine en grignotant une poignée de secondes supplémentaires. Il descend aussi bien qu’il grimpe et lève à nouveau les bras, sans exubérance, ce n’est pas son genre, mais poings fermés et regard lumineux. Il remporte sa deuxième étape. Et s’empare de la troisième place au classement général.

Jacques Josse et les éditions La Contre Allée ©


Marco Pantani a débranché la prise de Jacques Josse vient de paraître aux éditions La Contre Allée, collection La Sentinelle.

Le site de Jacques Josse.
Un entretien de Jacques Josse avec Mathieu Brosseau.
Jacques Josse sur remue.

11 septembre 2015